viernes, 14 de octubre de 2011

Comment ai-je pu valider une maîtrise d'anthropologie sans n'avoir jamais entendu cette histoire?

"Les 17 octobre 1961, lors d’une manifestation non-violente contre le couvre-feu qui leur était imposé, des dizaines d’Algériens étaient assassinés à Paris par des fonctionnaires de police aux ordres de leurs supérieurs.

Depuis quarante ans, ce crime contre l’humanité commis par l’État a été occulté, et ceux qui l’ont organisé n’ont jamais eu à rendre compte ni de leurs décisions ni de leurs actes."






"On a beau noyer l'histoire de l'immigration algérienne dans les profondeurs de la Seine, elle finira bien un jour par remonter à la surface tel le corps de Fatima Bedar, jeune collégienne retrouvée 15 jours après son décès dans le canal Saint Denis".


Malika El Korso, 2006


ASSASSINATS, 200 A 300 DISPARITIONS, TORTURES, PENDAISONS, NOYADES... 
LA FRANCE DOIT RECONNAITRE SES CRIMES!




MANIFESTATION PARIS lundi 17 octobre
Métro Bonne Nouvelle au REX à 18 heures

Evènements à LYON



Article du Monde 14/10/2011
http://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/10/14/octobre-a-paris-et-ici-on-noie-les-algeriens-le-17-octobre-1961-la-justice-se-noya-dans-la-seine_1587857_3476.html

Sites de soutien:
Les fantômes d'octobre 1961
Tract des Femmes Arabes Révolutionnaires

Bibliographie:
Paulette Péju, Ratonnades à Paris et Les harkis à Paris, avec quelques photos d’Elie Kagan, éd.La Découverte.
Jean-Luc Einaudi, La bataille de Paris, éd. Points Seuil.
Olivier Le Cour Grandmaison, Un crime d’Etat à Paris, éd. la Dispute.
Jean-Jacques Gandini, Le procès Papon, éd. Librio.

No hay comentarios:

Publicar un comentario