lunes, 31 de diciembre de 2012

2013 sera un año de Liberación
WELCOME!!!




Cherríe Chérie...

Sentir que me llama este libro, abrirlo al azahar.

"'¡Jódete jódete chinga'o, hombre, jodete!"
"Tina..." Casí no puedo oirme a mi misma.
"Tiny. Mi nombre es Tiny"
"¿Qué estas haciendo alli?"
"Estoy llorando, macorina. Esto es lo que quieres ¿no? Ver llorar a una mala puta. Bueno, vete a follar a otra parte."
"Yo no follo"
"¡Te falta un tornillo!"

Nunca he querido a nadie como he querido a Tiny. A nadie. A ninguna de esas blancas esbeltas ni a ninguna de esas señoras negras elegantes que abrían las piernas para mí y mi voz persuasiva. Había sangre en mis manos y no era de esas mujeres sino de la piel de Tiny. De la piel de mi barrio. Del Cha Cha, donde sólo podías ver mi culo cuando las estudiantes sofisticadas habían jodido con mi cabeza demasiadas veces. Eso es algo que Tiny  hubiera dicho así. No estabamos destinadas a ser amantes, solo hermanas. Pero ser hermanas no es una ocupación a tiempo parcial.

Cherríe Moraga, La última generación, p.109

sábado, 29 de diciembre de 2012

"Y'a des silences qui laissent des traces"

Flavie Van Der Stigghel

viernes, 28 de diciembre de 2012

Manifiesto gordx



¡Abajo la dictadura de los cuerpos! ¡Arriba "el proletarix de la belleza y salud"!

A pesar de tener una morfología que cuadra con los requisitos fascistas de los cañones estéticos de mi época, apoyo con todo el cuerpo esta rebelión de las corporalidades gordxs!
Porque las flacas nunca me ponen! Que vive la carne y el edonismo! Viva "la buena mesa y las baccanales"!



miércoles, 26 de diciembre de 2012

Parce que nous en sommes...

Excellent article du cortège féministe transpédégouine paru sur rebellyon.info

Enfin une vraie critique sur le "débat sur le mariage pour tous"!!!


Mariage, mariage : Le mariage pour tou-tes reconnaî­tra aux homos le droit de fonder une famille res­pec­ta­ble de bons citoyens, sur le même modèle que les hété­ros. Nous vou­lons avoir le droit au mariage, même si c’est pour ne pas s’en servir.

Se marier c’est quoi ? Intégrer une ins­ti­tu­tion sym­bo­li­que forte, sacrée pour cer­tain-es.
Un lieu d’enfer­me­ment, de tra­vail pour les femmes.
Créer une soli­da­rité économique pri­vi­lé­giée entre conjoint-es et des­cen­dant-es.
Officialiser une vie com­mune aux yeux de l’État.
Avoir un statut juri­di­que pro­tec­teur.
Théoriquement ça donne une citoyen­neté pre­mière classe. Concrètement, ça parle de vie, de mort, de papiers, de sous, de place dans la société, de qui on aime, de com­ment on baise et com­ment on gère tout ça.

Les homo­pho­bes disent des choses tou­jours plus vio­len­tes, stu­pi­des et dan­ge­reu­ses depuis des semai­nes. Plusieurs manifs anti-mariage ont vu des vio­len­ces contre des LGBT et des fémi­nis­tes qui pro­tes­taient. La pro­pa­gande homo­phobe déferle et fait des dom­ma­ges dans les média et dans les vies des per­son­nes concer­nées. Au choix, on nous prend pour des mineur-es, des autres bizar­res ou des non-humain-es.

On nous prend pour des mineur-es : on ferait un caprice quand on veut élever un enfant, parce qu’on n’en serait pas capa­ble, on pour­rait les trau­ma­ti­ser. On ne serait pas digne de trans­met­tre des héri­ta­ges dans les mêmes condi­tions que les famil­les tra­di­tion­nel­les, comme si on ne pou­vait pas gérer notre mémoire et notre argent. Puis, ce qu’on veut ce serait stu­pide, nos reven­di­ca­tions ne seraient pas légi­ti­mes. Pourtant, nous trans, goui­nes, pédés sommes des êtres majeurs, res­pon­sa­bles de nos vies et de nos choix.

On nous traite comme des Autres : c’est une spé­cia­lité de l’égalité à la façon-révo­lu­tion-fran­çaise. On est tous égaux mais avec des res­tric­tions parce qu’on est goui­nes, pédés, trans, fémi­nis­tes, par­fois pas blanc-hes, des fois han­di­capé-es.
Finalement, on se trouve repoussé-es en marge de l’huma­nité. Nous enten­dons dire que l’huma­nité, c’est l’hété­ro­sexua­lité. Puis, les homo­pho­bes nous disent que nous n’avons pas choisi notre homo­sexua­lité, que nous la subis­sons, telle une mala­die, une tare. À ce titre nous sommes sujets au rejet, à la com­pas­sion ou à la tolé­rance. Nous sommes ramené-es à un état d’inca­pa­cité face à des hété­ros qui seraient plei­ne­ment humains et tota­le­ment capa­bles.

Alors à ces homo­pho­bes on répond que nous avons choisi d’être homos, en tout cas nous avons choisi de le vivre bien et d’en être fier-es et épanoui-es. Tout le monde sait ce que c’est que l’hété­ro­sexua­lité et il n’y a de raison de s’la raconter ! Nous n’avons aucune raison de vou­loir vous res­sem­bler ! C’est nous qui devrions vous tolé­rer.
Nous savons très bien que les homo­pho­bes n’ont jamais été capa­bles de gérer les méfaits de leur modèle hétéro-tra­di­tion­nel-patriar­cal : les mil­lions de femmes bat­tues et tuées par leurs maris, les mil­lions d’inceste, la mal­trai­tance sur les enfants. Mentir aux enfants, c’est leur dire que la famille c’est sacré, puis quel­ques années plus tard les jeter à la rue ou les main­te­nir à bonne dis­tance lorsqu’ils sont pédés, trans, goui­nes ou autres non-confor­mes. Alors, les hété­ros, qu’ils s’occu­pent de résou­dre leurs pro­blè­mes, plutôt que d’atta­quer d’autres formes d’orga­ni­sa­tion col­lec­tive et de les rendre illé­gi­ti­mes.

Aux pro mariage et au PS nous vou­lons dire : Le modèle hétéro ne nous fait pas mouiller ! Cette loi est une arna­que. Le défer­le­ment d’homo­pho­bie qu’occa­sionne le débat autour du mariage et de l’adop­tion nous oblige à nous impli­quer pour un projet de loi qui ne cor­res­pond pas à nos prio­ri­tés de luttes. 
 Nous nous retrou­vons pro­jeté-es en avant, alors que cette loi ne chan­gera pro­ba­ble­ment pas beau­coup nos vies quo­ti­dien­nes.
Du chan­ge­ment à la mode socia­liste, c’est un peu les électrodes sans l’électricité. Les socia­lis­tes se croient ouverts et pro­gres­sis­tes, mais au vu de leurs décla­ra­tions publi­ques, ils se révè­lent réacs et mani­pu­la­teurs. La pro­por­tion que prend ce débat est hal­lu­ci­nante. On ne veut pas servir de cau­tion à la poli­ti­que civi­li­sa­trice du PS, et en géné­ral des pays occi­den­taux. On veut nous fait croire que les droits assu­rent notre égalité, que l’État pro­tège notre liberté et les fron­tiè­res notre sécu­rité. Légiférer sur nos exis­ten­ces ne nous inté­resse pas, les pos­si­bles ne doi­vent être déci­dés ni par l’État, ni par le capi­ta­lisme.

Nous vou­lons inven­ter des formes d’allian­ces alter­na­ti­ves au modèle fami­lial tra­di­tion­nel ou homo­pa­ren­tal, afin de garan­tir et déve­lop­per nos formes de soli­da­ri­tés.
Par exem­ple, les soli­da­ri­tés finan­ciè­res envi­sa­gées uni­que­ment au sein de cou­ples ou de famil­les ne nous convien­nent pas. « Cette morale ne nous convient pas. L’héri­tage avec nous c’est foutu, y’en a plus ! » Nous ima­gi­nons d’autres manière de répar­tir notre argent et de trans­met­tre nos biens, au sein de réseaux de soli­da­ri­tés. Nos vies ont à perdre d’être régen­tées par un État. Pour qu’elles soient celles que nous dési­rons, nous ten­tons de contour­ner, de cher­cher des failles. Nos vies sont plus folles, plus col­lec­ti­ves : on tente de tra­vailler le moins pos­si­ble, de récu­pé­rer le plus pos­si­ble, les clés de nos mai­sons sont sous le paillas­son, les repas sont par­ta­gés, mais quand on sort dans la rue on est trop sou­vent maté-es. Ça nous donne envie de nous marier à quatre, d’adop­ter nos ami-es, d’avoir six réfé­rent-es pour nos enfants...
Nos formes d’orga­ni­sa­tion affi­ni­taire déran­gent. Elles sont per­çues comme illé­gi­ti­mes, inexis­tan­tes, voire dan­ge­reu­ses. Finalement depuis Ménie Grégoire (« l’homo­sexua­lité ce dou­lou­reux pro­blème », 1971), la société n’a pas beau­coup changé, les homo­sexuels sont tou­jours une menace !

Pour des allian­ces sans condi­tions, sous toutes les formes pos­si­bles.

sábado, 22 de diciembre de 2012

21 décembre 2012: Vous avez entendu? EZLN

“A quien corresponda. ¿Escucharon? Es el sonido de su mundo derrumbándose. Es el del nuestro resurgiendo. El día que fue el día, era noche. Y noche será el día que será el día”

"Vous avez entendu? C'est le son de leur monde qui s'écroule. Celui du notre qui revit. Le jour que fut le jour, c'était la nuit. Et ce sera la nuit le jour qui sera jour."

(Comunicado del comité clandestino revolucionario indigena. Comandancia general del EZLN 21 de diciembre del 2012  http://radiochimia.blogspot.mx/


En San Cristobal de las Casas.


  Alors que l'Occident attendait l'apocalypse en s'ennivrant de mauvais alcools et en dépensant l'argent des crédit à la consommation otorgués par des banques crapuleuses pour Noël, alors que des millions de New Ageurs avaient les yeux rivés sur les terres Maya d'Amérique Centrale et s'attendaient à une décharge énergétique mémorable, alors que les victimes d'Actéal n'ont toujours pas réparation 15 ans après le massacre du 22 décembre 1997 perpétré par le gouvernement mexicain de Salinas (PRI), alors que le calendrier Maya marque la date de l'équinoxe d'hivers de 2012 comme fin et renouveau d'un immense cycle planétaire; les guerilleros zapatistes de EZLN ont décidé de se faire entendre.

  Cuando Occidente esperaba al acocalipsis emborrachandose con malos alcoholes y gastando el dinero que les prestaron unos bancos fraudulosos para complir con los requisitos familiares de la Navidad, cuando millones de adeptos del New Age miraban hacia tierras mayas esperando a recibir una carga energética memorable, cuando las victimas indigenas de Acteal no gozan de ninguna reparacion por el massacre que sufrieron el 22 de diciembre del 1997 en las manos del gobierno corrupto mexicano de Salinas (PRI), cuando el calendario Maya predica un gran cambio planetario marcado por el equinoxio invernal del 2012; lxs guerillerxs del EZLN decidieron salir del silencio.

(muy mal hecho pero con informaciones importantes)



Des milliers (20 000 selon les médias officiels, le double selon les médias alternatifs) de zapatistes ont défilé en silence et ocuppé symboliquement les villes chiapanecas de Ocosingo, las Margaritas, San Cristobal de las Casas, Palenque et Altamirano pour rappeler leur combat pour l'autonomie, la liberté, la justice et la démocratie. La prise de ces mêmes villes a marqué le début d'EZLN en 1994. Ils et Elles ont défilés en silence sous la pluie le poing levé,c 'est la plus grande mobilisation jamais vue d'EZLN jusqu'alors.

Miles (20 000 segun los medios oficiales, el doble segun medios alternativos) de zapatistas marcharon en silencio y ocuparon simbolicmente las ciudades chiapanecas de Ocosingo, las Margaritas, San Cristobal de las Casas, Palenque y Altamirano para acordarnos su combate por la autonomia, la justicia, la libertad y la democracia. Tomaron esas mismas ciudades en el 1994, lo que marco el principio del EZLN. Ellos y Ellas marcharon en silencio debajo de la lluvizna el puño arriba. Dicen que es la mobilización más grande que hizo el EZLN desde su creación.

Ocosingo 21 décembre 2012



San Cristóbal de las Casas, 21 décembre 2012.


Links en español:
 Animal politico: A 15 años de la matanza de Acteal, miles de zapatistas se mobilizan,


En français:
Médiapart
La Voie du Jaguar
Espoir Chiapas

viernes, 21 de diciembre de 2012

Hay un jardin
entre la paz y el temblor
donde siempre hay flores


Quiero las nubes todas


(Paris, printemps 2012)

miércoles, 19 de diciembre de 2012

Txoria

((just sing))


Txoria txori

Hegoak ebaki banizkio 
 
nerea izango zen, 
 
ez zuen aldegingo;
baina, honela 
 
ez zen gehiago txoria izango 
 
eta nik...
txoria nuen maite.



martes, 18 de diciembre de 2012

"Debemos cuestionar la opresion en su totalidad. Ello, por supuesto significa la negacion total de este mundo. Debemos convertirnos en cuerpos en revuelta. Debemos profundizar en su construccion y darnos el gusto de usar la fuerza. Podemos entender la fuerza de nuestros cuerpos en lucha para que nuestros deseos tengan cabida. En estos hallaremos el poder de destruir no solo lo que nos destruye, sino tambien a aquellos que aspiran a encasillarnos en un mimetismo gay que tambien acaba destruyendonos. Debemos estar en conflicto con los sistemas de normalidad. Esto quiere decir estar en guerra con todo." 

Hacia la insurreccion mas queer 
(disponible en pdf on google)

On élève le débat?

  Les attaques homophobes n'ont elles pas pour effet pervers une mobilisation un peu malgré "nous"?...

Est ce que le mariage en tant qu'institution est important pour ceux et celles qui n'y ont pas encore accès?

Est ce qu'en se mobilisant de la sorte tout en ayant conscience de la manipulation  dont nous faisons l'objet, on n'est pas en train de légitimer un système politique éronné?

La "citoyenneté" qu'on réclame nous intéresse t'elle vraiment?

Ne sommes nous pas en train de légitimer "l'Etat'" en tant que forme étatique?

Qu'est ce qu'on est vraiment en train de demander?

 L'Egalité? la même "citoyenneté" que les autres? Les mêmes droits à "la famille"? A la même parentalité au sein du couple binome monogamme?

Est ce que c'est vraiment ça la "Gayrilla"? Rentrer dans les clous? Serrer les dents en attendant que ça passe? Se restreindre à des revendications super soft qui cadrent avec le modèle établi? Est ce qu'on sera plus légitimes après? Est ce qu'on restera pas les Pédés de la République?

Certes, on agit dans l'urgence. On ne peut se taire face aux attaques dont nous sommes les cibles, on n'a pas d'autre choix que l'action. On nous a donné le thème alors jusqu'où va t'on le suivre?

Mais comment va t'on pouvoir demander de véritables autres modèles familiaux en acceptant de se résoudre à celui qui nous est proposé?



 

Le retour au Moyen âge!

  C'est toujours très intéressant d'écouter les anti avortement, anti gay, pro vie et lobotomisé.es du cerveau. En effet, le prétendu débat qui secoue la France pour ou contre le mariage homo ne permet qu'aux intégristes d'exprimer leurs visions anachroniques et escencialistes du monde. La place des femmes y est définie au foyer, celle des homosexuels (surtout hommes) à l'hôpital psychiatrique.
C'est inadmissible qu'un Etat laïque tolère de telles manifestations, que des passants hallucinés par l'intégrisme religieux soient maltraités par la police.

  Tout comme les manifestations salafistes intégristes, celle qui mettent en cause les droits des femmes et des minorités sexuelles devraient également être interdites puisqu'elles portent atteintes aux libertés fondamentales des êtres et à la paix sociale.

(Alors que je relis ce post: la paix sociale existe elle? L'Etat n'est il pas toujours du coté des intégristes ? La laïcité n'est elle pas une farce?)


lunes, 17 de diciembre de 2012

Las palabras trazan un camino en el alto cielo.

inalcanzable.

((She's back to the Silence))

domingo, 16 de diciembre de 2012

Gayrilla Now!!!

Depuis plusieurs mois, les attaques se multiplient contre "la communauté homosexuelle" en France sous couvert d'un prétendu débat pour ou contre le "mariage gay". L'homophobie bat son plein, les manifestations discriminatoires d'intégristes se multiplient sur le territoire, depuis le PS, l'UMP jusqu'à Civitas et au GUD, en n'oubliant pas le FN.

Les socialistes bafouillent, reviennent sur leurs promesses électorales telles que l'ouverture de la PMA aux lesbiennes et l'ouverture au don du sang des gay. Ce gouvernement n'hésite pas à mettre sous les projecteurs une minorité grâce à qui il a accédé au pouvoir quitte à la mettre en danger, laissant les extrémistes de tous bords cracher leur haine dans l'espace public alors même que l'homophobie, comme toutes les discriminations, est un délit.

  On pourrait s'attendre à un certain soutien de la part des politicien.nes qui ont proposé cette loi. Et bien non. Des "contre militant.es" ont été arrété.es, gazé.es, poursuivi en justice; des associations catholiques  ont obtenu l'annulation de l'agrément national de l'association "SOS homophobie".

En effet, il n'y a pas de débat. Le mariage, on s'en fout! Nous sommes des citoyen.nes et avons droit aux mêmes avantages que les autres, il n'y a pas à débattre. Oui, nous somme peu et ne représentons pas la majorité des français. Mais n'est ce pas là que se joue la démocratie? La république? La laïcité?

Alors que le PS continue la politique raciste mise en place par Sarkozy, alors que le chef de l'Etat collabore avec Merkel et plonge "le sud de l'Europe" dans la misère, alors que les plans d'austérités gagnent du terrain: vraiment, on a bon dos!

Fuck you all!!! Gayrilla NOW!!!



sábado, 15 de diciembre de 2012

Arriba Mariposa!

Aprender a bailar sobre aristas de arena fundida

Asi empieza el primer tango
en Madrid

(la risa, esa coregrafia de altas sonrisas compartidas)


viernes, 14 de diciembre de 2012

La carga eléctrica de Madrid
esta felicidad
en el cielo

(voy a escribir esta cuidad)
Vivir en un sexto piso en Madrid.
Cuando toda la ciudad grita: "Bienveniidaaa!!!"

La sensation exquise d'être (enfin) à la maison.

miércoles, 12 de diciembre de 2012

12. 12. 12




El Ritual del 12.12.12 consistio en acompanar las nuevas alineaciones del cosmos quemando cosas que no queremos mas en nuestras vidas y comiendose las que queremos incorporar a nuestro futuro.

El altar se constituyo de 12 velitas, un vaso de cerveza Ixbeca, lubricante, una virgencita, un boa de pluma, una infusion de tomillo, dos luchadores mexicanos de plastico, un monstruo de papel, un cacho de queso, un pompom de goro francés y tabaco suelto.

Los partecipantes empezaron por escribir palabras en trocitos de papel y cada uno les leia antes de quemarlos frente a los demas (algunos deseos se quedaro secretos). El ritual fue gravado pues los deseos no se pueden realizar una vez las palabras olvidadas...los cuales archivos eran todos corruptose ilegibles.

El ritual del 12.12.12. fue poético, utopista y tecnologico.




 (Por la manana, el luchador de luz habia derrotado al de las sombras.)


miércoles, 5 de diciembre de 2012

έντελέχεια

La ciudad condal es una ciudad velero


lunes, 3 de diciembre de 2012

domingo, 2 de diciembre de 2012

Dur à Queer contre attaque

Extraits de l'excellente émission diffusée ICI
 avec

 -    Augustin Grosdoy, Front de Gauche
-    Antoine Delaporte, Mouvement des jeunes socialistes
-    Xavier Prieur, Dur à Queer,
-    Vincent Danis, Président Centre LGBT
-    Philippe Abarnou, juriste et Yasmine GHENAI, étudiante en Licence de Droit
-    Hélène Le Poivre, asso contact, secrétaire
-    Côme de Castelbajac, Catholique, représentant « manifpourtous »
-    Baptiste Raussi, représentant « manifpourtous »
-    François-Xavier, Priou UMP Jeunes
-    Alexandre Douchin, UMP Jeunes



à l'UMP:




aux catholiques:





Marseille et sa lumière dorée,
Marseille et ses bars enfumés,
 Massilia... Massilia...