sábado, 25 de junio de 2011

masculinity se remet en cause, ça fait plaisir!

viernes, 24 de junio de 2011

Estos dias estoy hablando con Audre Lorde y descubro unos escaloresfrios nuevos... La magia de las letras dibujando un lenguage comun.
La Hermana...

Siento todas las mujeres que dibujan mi(s) vida(s) y el calor de esas alianzas cosmicas. De como amar y acariciar y luchar tienen la misma pinta. Haciendo del cotidiano una creacion luminosa, una poética del existir juntas.

"Porque no existen ideas nuevas. Tan solo existen nuevos medios de sentirlas, de examinar como se sienten esas ideas viviendolas un domingo a las siete de la manana, despues del desayuno, en pleno frenesis amoroso, haciendo la guerra, dando a luz  o llorando a nuestros muertos... mientras sufrimos  por los viejos anhelos, batallamos  contra las viejas advertencias y los miedos  a estar en silencio, impotentes, solas, mientras saboreamos las nuevas posibilidades y nuestra nueva fortaleza".

Audre Lorde.
 La hermana, la extranjera. Edicion horas y HORAS, Madrid, 2003 (texto original, 1984)

jueves, 23 de junio de 2011

Image, Censure, Lutte et médias sociaux

Facebook : le livre de quels visages? 

Le profil de "Lyon info" s'est fait bannir du site Facebook après avoir publié la photo de cette personne durant la Marche des Fiertés lyonnaise du 18 juin 2011. Les archives qui avaient été mises en lignes sur le profil de "Lyon info" depuis sa création sont irrécupérables et la société Facebook France reste introuvable...


   Pourquoi censurer la photo d'un-e transexuel-le qui revendique ses droits? Quels messages portent ce corps et son exhibition dans l'espace public durant une manifestation? 
   Pourquoi empêche t'on les utilisateur-trice-s du site l'accès au profil de "Lyon Info" ainsi qu'aux utilisateurs de ce compte l'accès à toutes leurs archives?

  J'ai fait l'expérience de Facebook après des années de négations d'adhésion à cette plateforme qui me semblait dangereuse du point de vue du monopole de l'information (travail que nous économisons aux RG en leur offrant nos liens d'"amis" -dont nous ne contrôlons ni les liens vers d'autres "amis", ni la publication de tout ce petit monde sur le fil d'info et sur leurs murs respectifs- ; mais nous leur donnant également accès à notre quotidienneté, à nos images...)
   Les révoltes arabes m'ont fait changer d'avis, la #spanishrevolution a eu raison de ma prudence. J'ai ouvert un compte il y a moins d'un mois ainsi qu'un compte Twitter pour diffuser l'information depuis les campements espagnols jusqu'aux mouvements de soutien français en pensant que c'était un outil très utile. J'ai vite été fascinée par la rapidité quasi instantanée des publications du monde entier en me fichant des conséquences de fichages probables puisque le "nombre fait la force".

 Puis j'y ai passé des nuits blanches à lire les articles "partagés"par d'autres utilisateur-trice-s, à "ajouter des amis" de ci de là... puis j'ai écrit de moins en moins, puis j'ai arrêté de lire, subjuguée par tant d'information... puis je me suis surprise à regarder les photos de ces fameux "amis", à lire leur mur et ceux de leurs "amis"... Curiosité? Voyeurisme? Addiction? Un peu des trois.

  En fin de compte, qu'est ce que Facebook?

C'est une formidable base de données dont l'introduction en bourse génère des DIZAINES DE  MILLIARDS de dollars. C'est 90% d'utilisateur-trices qui s'en servent pour exposer leur quotidienneté au monde -comme si on leur offrait un "service gratuit"- sans se soucier de l'énormité de la base de données qu'ils offrent à la police, au patronat (entre autres). C'est une "offre" qui répond à l'insondable "demande" de populations  en quête d'"amis", qui se présente comme une alternative à la solitude dans laquelle nous plonge le néolibéralisme mondial actuel. Alors, des dizaines de millions de personnes souffrant de l'ennui et de la solitude préfèrent "se connecter" à "un milieu virtuel sûr" plutôt que de repeupler l'espace public, préfèrent exhiber leurs "amitiés" et "loisirs" plutôt que de chercher ensemble d'autres horizons au système qui nous plonge dans cette solitude.
 C'est surtout une entreprise qui censure et qui confisque l'information sans qu'aucune réclamation ne soit possible sous prétexte de "protéger" la "sensibilité" des usagers sous couvert de "sûreté virtuelle".

Il me semble qu'il est important de boycotter toute entreprise ayant recours à la censure notamment lorsqu'elle criminalise nos luttes.

 Si vous disposez d'un compte Facebook, vous pouvez vous désinscrire en allant dans les paramètres de votre compte (en haut à droite). Sachez cependant que vous ne pourrez pas récupérez l'information que vous y avez publié sans réactualiser votre compte.

 Il est important d'avoir conscience de la surveillance constante dans laquelle nous sommes plongé-e-s. Les luttes sociales actuelles voient le jour et aboutissent aux renversements de gouvernements grâce à la création de médias propres via les réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter -même si le cas syrien nous en montre les limites (voirs liens ci dessous).  Alors comment se protéger du fichage? Comment sauvegarder nos données mises en lignes sur des sites appartenant à des entreprises multimilliardaires qui ne défendent que leurs intérêts? 

 Comment braver la censure et repeupler le paysage visuel virtuel (et autre) avec nos propres images? Nos propres luttes politiques? Nos propres corps? 

Voilà ce à quoi nous devrions nous attaquer maintenant.

 Soyons Hacktivistes!



Liens:
La photo qui a mis Lyon Info à l'index de Facebook
Les limites du miracle Facebook: l'exemple syrien
En Syrie, Facebook est aussi un outil de répression
Un réseau internet invisible pour contrer la censure des dictatures



martes, 21 de junio de 2011

PájarAs

L'oiseau gronde et je te chante...



del lirismo francés y de los aviones. de las moléculas que estallan en la garganta, en el pecho en los ojos y de como giran y valsean. de  como escondo mis pasos de tres años  dentro de este cuerpo de Madame que no sabe si bailar o correr, de comme je marche droit et de comme je tremble et de comme je te ...mmm

à la prochaine Mademoiselle!



La mer ça n's'invente pas

miércoles, 15 de junio de 2011

Agradezco a todas las feministas que hacen este tipo de critica a Francia! Que pena que siempre vengan desde fuera...

lunes, 13 de junio de 2011

La Morale de ces morales


Excellent article Des entrailles de Mademoiselle concernant les articles de la sociologue Irène Théry parus dans Le monde pendant "L'Affaire DSK" La femme de chambre et le financier (Le Monde, 23 mai 2011), Un féminisme à la française  (Le Monde, 28 mai 2011). Irène Théry est directrice d'études à l'EHESS, sociologue du droit depuis 1985, elle se consacre à l'étude des rapports entre égalité des sexes et métamorphoses de la famille et la parenté. 

 Encore une femme -de celles qui ont la parole- qui défend l'hétéropatriarcat avec ferveur. Effectivement, ce sont elles les remparts du machisme et du sexisme français, la Police de l'Etat.

"Mon sentiment est que, par-delà mes convictions, le féminisme à la française est toujours vivant. Il est fait d'une certaine façon de vivre et pas seulement de penser, qui refuse les impasses du politiquement correct, veut les droits égaux des sexes et les plaisirs asymétriques de la séduction, le respect absolu des du consentement et la surprise délicieuse des baisers volés."


Irène Théry

domingo, 12 de junio de 2011

Paris j'arrive!

Y'a des gens qui illuminent le chemin, qui aident à y voir plus clair, à prendre des décisions, à s'affirmer. Grâce au pouvoir des mots et d'un autre discours que nous construirons ensemble,
 j'espère...



"Le caractère transgressif de nombreuses lesbiennes semble à l’origine d’une mobilité importante. Quittant les villages ou les petites villes pour des capitales plus anonymes, leur pays pour d’autres, ou retournant à la campagne ou au pays après d’autres périples, les lesbiennes semblent caractérisées par une « bougeotte », une sorte d’hyper-mobilité, qui serait presque la condition de leur existence, au double sens de nécessité et d’état. Mais leur mobilité est-elle si différente de celle des autres femmes ?"



Affiche censurée de l'album "J'accuse" de Saez



L'ARP (Autorisation de Réglementation de la Publicité) censure l' affiche de l'album de Saez (sorti en 2010) sous prétexte de "dégrader l'image de la nature humaine". L'image représente une femme nue à talons dans un caddie avec la célèbre altercation d'Emilie Zola: J'accuse. Affiche subversive, donc, dont la charge féministe est évidente.


Encore une preuve que l'espace public visuel français (mondial?) appartient aux publicitaires de l'hétéropatriarcat et qu'on ne peut questionner ses représentations.  L'argumentation qui voudrait nous faire croire qu'elle est animée par une intention féministe alors qu'elle en appelle au respect de "l'image de la nature humaine" (qu'ils fomentent tous les jours avec leur propagande avilissante) n'a aucune crédibilité.


Une critique très juste, bien visé Saez! ...Même si le vers "on s'est laissé prendre le cul par nos besoins nos religions" véhicule le même discours que tu combats, discours qui ne passe pas seulement par les images... 





Paroles:


Faut du gazoil dans la bagnole,
La carte bleue dans la chatte,
Faut de la dinde pour noel,
Faut bronzer pendant les vacances
Faut du forfait faut du forfait,
Pour oublier la solitude,
Faut des gonzesses à la télé,
Ouais faut des pilules pour bander,
Faut du gazon dans les tabacs,
Il faudrait arrêter dfumer,
La salle de sport sur des machines,
Faut s'essouffler faut s'entraîner,
Faut marcher dans les clous,
Faut pas boire au volant,
Faut dépenser les ptits sous,
Faut du réseau pour les enfants,
Faut ressembler à des guignols,
Faut que tu passes à la télé,
Pour rentrer dans les farandoles,
De ceux qui ont le blé...
Jme ballade dans les grandes surfaces,
J'ai pas assez mais faut payer,
Je cours au gré des accessoires
Et des conneries illimitées,
Les gens parlent mal les gens sont cons,
Au moins tout aussi cons que moi,
A se faire mettrer à sfaire baiser,
Sûr à sfaire enfanter,
Des bébés par des hologrammes,
Des mots d'amour par satellite,
Mais ces connards ils savent pas lire,
Ils savent même pas se nourrir,
Des OGM dans les bibrons,
Ouais c'est tant mieux ça fra moins con,
Quand ils crèvront en mutation,
Des grippes porcines sur des cochons,

Oh non l'homme descend pas du singe,
Il descend plutôt du mouton,
Oh non l'homme descend pas du singe,
Il descend plutôt du mouton...

Faut marcher dans les clous,
Faut pas boire au volant,
Faut dépenser ses ptits sous,
Faut du réseau pour tes enfants,
Faut ressembler à des guignols,
Faut passer à la télé,
Faut rentrer dans les farandoles
De ceux qui font le blé...

Il parait qu'il faut virer les profs,
Et puis les travailleurs sociaux,
Les fonctionnaires qui servent à rien,
Les infirmières à 1000 euros,
Faut qu'ça rapporte aux actionnaires,
La santé et les hopitaux,
Va tfaire soigner en Angleterre,
Va voir la gueule de leurs métros,
Faut qu'on se fasse une raison,
On a loupé nos transactions,
On s'est laissés prendre le cul,
Par nos besoins nos religions,
Il faut foutre le portables aux chiottes,
Et des coup d'pioche dans la télé,
Faut mettre les menottes
A chaque présentateur du JT...

J'accuse !
Au mégaphone dans l'assemblée !
J'accuse ! J'accuse ! J'accuse !
Au mégaphone dans l'assemblée !

Faut du gazoil dans la bagnole,
La carte bleue dans la chatte,
Faut de la dinde pour noel,
Faut bronzer pendant les vacances
Faut du forfait faut du forfait,
Faudrait de l'herbe dans les tabacs,
La salle de sport sur des machines,
Faut s'essouffler faut s'entraîner,
Jme ballade dans les grandes surfaces,
J'ai pas assez mais faut payer,
Je cours au gré des accessoires,
Et des conneries illimitées,
Jme ballade dans les grandes surfaces,
J'ai pas assez mais faut payer,
Je cours au gré des accessoires,
Et des conneries illimitées...





Interview  de Saez diffusée sur France Inter:



L'Islande a recourt à crowdsourcoing pour rédiger sa nouvelle constitution

Articulo en espanol
Article in English





Article paru dans The Guardian, le 9 juin 2011.
Haroon Siddique


  On dit que l'Homme est un animal qui trébuche toujours sur la même pierre. Il est possible qu'on se réfère aux allemands, anglais, saoudiens, espagnols... parce que l'islandais, cette fois, ne veut plus mordre la poussière. La crise économique a crevé en un instant la bulle de bien être dans laquelle vivait le pays ces dernières années. Les mensonges qui avaient gonfler la bulle sont apparus au grand jour lorsque tout s'est transformé en un bout de plastic cassé. Les islandais ont mené leurs banquiers devant les tribunaux, ont refusé de payer les fraudes qu'avaient commis les financiers dans leurs dos et ont décidé de lever un nouveau système qui ne permette aucun espace aux abus de pouvoir.

  La constitution islandaise est en train de s'écrire de nouveau. Et cette fois les parlementaires n'en auront pas l'exclusivité. C'est toute la population qui va le faire via crowdsourcing. Le contenu du nouveau « livre de style » de l'Islande est ouvert aux débats publics. Chacune des 320,000 personnes qui habitent l'île peut faire des suggestions et commenter le brouillon à travers internet et les réseaux sociaux.

  Le conseil créé pour la rédaction de la nouvelle constitution publie, chaque semaine, des brouillons de chaque clausure sur sa page web depuis le début du projet, le mois d'avril passé, selon The Guardian. Les citoyens peuvent commenter chaque clausure sur le site du conseil ou peuvent débattre sur leur page Facebook.

  La conversation est aussi sur Twitter. Sur la page  web Stjörnlagaráò sont retransmises les sessions en direct. Sur le canal de YouTube on publie régulièrement les entretiens des 25 membres de ce conseil et sur leur page Flickr, on ajoute des photos qui montrent le dévelloppement du projet.

  Le document final (prévu fin juillet) se soumettra à referendum. Les islandais voteront un écrit élaboré d'après le résultat de ce débat public dans lequel le Parlement ne pourra retoucher aucun point.

  Un membre de ce conseil et professeur d'économie de l'Université d'Islande, Thorvaldur Gylfason, a déclaré à The Guardian être très surpris par l'ampleur de la participation des islandais. « Il y a eu une très bonne volonté quant à ce que nous tentons de faire. Le public a ajouté beaucoup d'idées au débat. Ses commentaires nous ont beaucoup aidé et ils ont eu des effets très positifs sur le résultat ».

Le brouillon inclus des normes de contrôle et exige des responsabilités aux parlementaires afin d'éviter que se répète une crise telle que l'actuelle.

La nouvelle constitution remplacera celle qui a été aprouvée en 1944, après la Déclaration d'Indépendance du Danemark.

sábado, 11 de junio de 2011

Elle dit: Viens!

....
Elle se réveille avec sa main posé
dedans
le rêve impregne las sabanas

viernes, 10 de junio de 2011

Fuerza Sebastian Ledesma Moran!

Hay gente que me flippa...Gracias Senor Vaillant!

miércoles, 8 de junio de 2011

La lesbienne invisible

Un peu d'humour lesbien, ça fait du bien!

lunes, 6 de junio de 2011

Je vous invite vivement à lire cet article, qu'un jour peut être, nous serons capables d'écrire nous même...

  Dessin de Langer paru dans Clarin, Buenos Aires.

"La docilité et la mythification de la féminité des femmes françaises qui laissent faire sont presque aussi repoussantes que l’arrogance sexuelle de leurs hommes."

"La docilidad y la mitificacion de la feminidad de las mujeres francesas que dejan hacer son casi tan repulsivas como la arogancia sexual de sus hombres."
 Katha Pollitt


L'affaire DSK révèle le machisme, le sexisme et le racisme des hommes politiques français et de leurs médias. L'essayiste et poète new-yorkaise Katha Pollitt -connue pour son engagement féministe- nous offre un excellent article paru dans "The Nation" (New York) retranscrit dans le "Courrier international" de cette semaine (n°1074). Excellente critique aux françaises qui laissons faire, qui défendons le machisme à coup de tranquilisants (nous sommes les premières consommatrices au monde!!!).
 

Une pétition circule depuis Paris: OSEZ LE FEMINISME!, et depuis les USA
Feminists Demand Freedom from Sexual Assault and Harassment  THANK YOU!!!

Black is Beautiful

Las fronteras.
Que significan? Porque siento que he cruzado algo? Porque siento que pertenezco ahora a otra realidad? Porque irme desde Barcelona hasta Avignon (430 km) me parece un viaje màs largo que irme desde Barcelona hasta Madrid (620 km)
Que es la distancia? Que significa? Es el idioma? Es el discurso que vehicula cada palabra de cada idioma y las memorias que conllevan? Es una cuestion de identidad?
...

Lo que succedio:

  Subo al autobus de la estacion de Barcelona Sants a la 1 y media de la manana. Hablamos castellano y poco a poco llegan màs y màs palabras francesas entre los acentos africanos. Tres chicas negras van hasta Perpignan, una pareja berebere con su hijo quieren alcanzar un familiar en Nîmes para buscarse la vida alli, encontrar el trabajo que Espana no les ofrece. El autobus esta medio lleno de espanoles y marrroquies que vienen de otra ciudad.
  Una viejita tiene un asiento libre a su lado, le pido permiso, me manda a la mierda. Le hablo de cortesia, esta sorprendida que yo hable castellano. Me siento màs alla, detras de un amigo suyo que tiene la misma mala leche. Estoy con las tres tias negras que gritan !Vive la France! Espana es una puta mierda! y tardo en entender de que se trata porque estoy cansadisima y que no aguanto la arrogancia francesa (ninguna de hecho). Entonces me callo, esperando a que hagan igual y que esas 7 horas de viaje empiezen ya!
La tia grita en francés a la viejita y sus amigos que es inadmisible que no quiera a nadie a su lado, que todos hemos pagado etc...
Yo siguo callandome y la pareja de viejos que la acompanan empiezan a gritar igual que son muy mal educadas etc... el baja su asiento y me jode la rodilla. Le pido espacio, hace el sordo, siguo con la cortesia porque no quiero partecipar a la presion ambiente y consigo lo que quiero. La tia negra grita todavia màs y me dice que estoy loca permitir eso, que son unos putos fachas de mierda. Un marroquie empieza a gritar igual que ella tiene razon etc...

  El hecho es que yo no quiero partecipar porque las cosas no me parecen tan obvias. Encuentro razones a la viejita porque puedo entender que se le hinchen los pies por su edad. No noto el racismo porque nos grita a todos igual. No noto el racismo porque no estoy acostumbrada a que me traten distinto y que me miren como a una mierda, entonces me convenzco de que es una vieja loca nada màs.

  El autobus arranca. Todos se calman. Hablo con mi vecina en francés y por telefono en castellano. Me encanta sembrar la confusion... Esta noche estoy feliz. Tengo cita con mi abuela por la manana, estoy enamorada y siento que tengo que irme de Espana porque ya es tiempo y que este pais me attrapa.

Me attrapa porque alli soy otra Emi con otra mirada, porque hablo otro idioma y que me encanta. Porque tengo mas libertades que en mi pais:

1. Encuentro alojamiento ràpido
2. No escondo mi lesbianismo y mis opiniones politicas
3. Ando por todas las calles de todo el pais a cualquier hora sin miedo
4. La policia nunca me controla y me pega menos
5. La gente se habla y es màs alegre que en Francia, no me cuesta encontrar gente o tias.

Me duermo el cuello medio suelto entresuenos.

.........
Las 4 de la manana
  La luz se enciende. Unos policias espanoles suben, andan por el pasillo sin presentarse ni saludarnos. Tienen una lista.
  Llaman a toda la gente con apellidos àrabes o con consonancia africana. La tension es fuerte. Los viejitos son muy curiosos y la tia negra les grita. La viejita pega sus ojos a la ventana y no se pierde nada del espectàculo.Yo siento la rabia y la ira viajar por mis venas porque no aguanto el fascismo y que siento que crece en el espacio europeo y me da mucha rabia/pena. Llaman a una mujer negra, tiene un bebe de unos meses, la hacen bajar por debajo de la lluvia y abren su maleta.
  Esta operacion no tiene sentido porque la compania ALSA (que colabora alegramente) pide el DNI a todos sus clientes para venderles sus billetes, es una operacion de humillacion. Empezamos a hablar del racismo evidente de los policias y no sé que hacer. Pienso en levantarme y preguntarles porque a mi no me controlan... No quiero hablarles porque les tengo miedo, los detesto, los conozco muy bien y quiero que toda esa mierda acabe ya y que nos vayamos todos ya ya ya.

El autobus arranca.
Francia. 6 km.
Ya estoy angustiada porque sé que dentro de poco nos van a controlar otra vez por el otro lado y que los policias franceses me dan todavia mas azco.
Encienden la luz. No tienen cara de fachas (tienen un poco de pelo y nos saludan con el mismo tono que el de una disculpa). Nos reimos porque tenemos los nervios alertas y que se nota que estos no son muy cabrones.
Por lo menos nos controlan a todos y nos piden disculpas.

...
Que es el fascismo? Porque notamos la diferencia enseguido entre un poli facha y otro (a pesar de que obedezcan a las mismas ordenes fascistas). Como describir esa chispa fria y eficaz dentro del ojo claro... Esos cabrones buscan tunecinos y libios y estan cerrando el espacio Shengen para asegurarse las proximas elecciones! Estan cazando inmigrantes abiertamente entre la frontera espanola-francesa; francesa-italiana..;supongo que lo estan haciendo dentro de todo el espacio europeo...

 La tia negra que sigue gritando ya no me parece tan mal educada ni tan arrogante. Ella reconoce cada mirada, cada gesto racista porque vive todos los dias con esa mierda. Yo ni los percibo... porque siempre estoy en la buena fila y los unicos ojos que miran mi piel con azco son los del Sol.


domingo, 5 de junio de 2011

Contarte el sabor de los montes azules, contarte como estas en el acantilado del vino y del sabor que tiene en cursi landia
contarte del viento y de la lluvia
del sabor y de la piel
de la memoria que se cuenta en acantilado de gotas
qui chante dans l'histoire de tout ce qui va
et qui dit dit tu

sábado, 4 de junio de 2011

Appel à la Bastille


La Place de la Catalogne appelle le peuple Français à poursuivre et amplifier la lutte pacifique pour une démocratie réelle, dépourvue d'étiquettes, dont l'autorité émane du peuple réuni en assemblées sur les places de ses villages, ses quartiers et ses villes.
La brutalité policière, le viol du droit au rassemblement pacifique, ainsi que la censure médiatique doivent cesser immédiatement.  Le peuple français dans sa révolte se souvient du soulèvement poulaire qui donna naissance aux Cahiers de Doléances, discutés aux Etats-généraux le 5 mai 1789, voici 222 ans.

La classe politique Française a demontré avec insistance et mépris son incapacité à servir les intérêts du peuple. Il s'agit à présent de prendre en charge les tâches qui incombent à chacune et chacun pour le triomphe de la démocratie transnationale. Le peuple Français doit retrouver son role historique révolutionnaire, dans l'esprit de sa
devise : Liberté, Egalité, Fraternité.

Nous appelons la police française à rejoindre ses frères et soeurs indignes et révoltes contre l'injustice et la junte des banques et du gouvernement. Hier, Barcelone montrait qu'un rassemblement populaire peut effacer la police ; aujourd'hui, la Grèce montrait que le peuple, uni, peut soumettre les banques ; demain, la Place de la Bastille peut
devenir le symbole d'une nouvelle ère, débarrassée des professionnels incompétents de la politique corrompue.

Dans toute l'Espagne, vos compagnons assiègent les consulats Français pour appuyer votre lutte. Jour et nuit, les indignes de la Place de la Catalogne campent devant celui de Barcelone.

Le monde vous regarde ! Ici Barcelone, à vous Paris !
"Y me sube a los ojos aquella tibia tarde
cuando mis senos, por primera vez desnudos,
fueron el perfume de tus manos.

Y me sube a los ojos el fulgor de la penumbra
que mis manos sembraban en tu pecho,
la cadencia de aquella sabana adormecida.

Todavia titila en mis ojos la ternura,
el aroma de nuestra calidez
conjunta."

Agnès Agboton, Voz de las dos orillas

miércoles, 1 de junio de 2011

Ibamos más rápido que el peligro

Su mirada horizonte acaricia todas mis vidas
 el extasis de saber cruzar la vida a carcajadas

 euforía de lo improbable