sábado, 27 de febrero de 2010

México D.F.

Foto del Museo Nacional de Antropología de México


Regards. Xochimilco


Juego de la viuda


Noche en Insurgentes sur, 470.

Ser mujer

Ser mujer.
Ser mujer es poder dejar de serlo cuando quiero.

Saber, hablar, moverme, mirar, opinar y chingar igual que un hombre.
Entrar en el espacio mismo de la "masculinidad" en el momento mismo en el cual me piden que yo sea "mujer". Pero no cualquiera. "Mujer" en el papel que me asignó la hegemonía mundial heteropatriarcal.
La que no debe andar sola por México.
La "güera", la "buena", la que tiene que temerlo todo y buscar unos hombres rápido para pasarlo bien.
No dejar ninguna brecha, ninguna posibilidad de ser la que quieren que esté hasta que el cabrón que se encuentra en frente de mi sienta que soy capaz de arrancarle un ojo (o lo que sea).

En este momente, yo tambien soy pirat@ de los géneros.
En este momento soy.
Y nada más.
Estoy dentro y fuera del Ser, mis géneros sospendidos encima de mi igual a la espada de Damocles.
Esperando a que yo elija.

Es justamente en el intersticio de esta duda, de esta sensación, entre su mirada cambiante y mis dientes crecientes, que decido secretamente, intimamente y CON TODA LA CARA ser una "bio-mujer".
Una sín suma de estrógeno ni de testosterona.
Una que anda inventando, creando su propia feminidad, su propia masculinidad, su propia sexualidad, su propia vida.
Una que se rapa el pelo y que lo tiene hasta el culo.
Una que decidí no ser lesbiana, bisexual o hetero pero amar.
Una que rechaza todo tipo de taxinomía, todo tipo de maniqueísmo, de clasificación sexual, racial o identitaria.
Una que se caga en el machismo de los hombres, de las mujeres y de l@s demás.
Las que se perdierón por falta de imaginación.
L@s que reproducen la violencia de género: la miseria machista física, mental y sexual.
L@s que quieren mujeres "virgenes" para ser "la/él primer@", l@s que cuentan, l@s que pegan...

Yo me nego a que mi cuerpo sea un terreno de experimentación sexual. No soy un cobaye. Ni por un hombre ni por una mujer ni por nadie.
Soy pájaro libre.
No creo al sexo sín amor. No quiero situaciones. Quiero historias. Aunque sean chispas.
Me cago en la era "farmacopornográfica" en la cual vivimos y en todos sus aspetos.
Me cago en l@s académic@s y en su objetividad asesina. Él que decide ser objectivo ya no lo es.

¿Radical? ¿Violenta?
No soy yo.
Son los esquemas, los códigos, los sístemas de poder y de opresiónes sexuales, mentales, económicos, gobernamentales, espirituales que son violentos y radicales.
Una violencia que solo lleva a la dominación, la miseria y la muerte.

Ser mujer.
Soy mujer cuando decido dejar de serlo.




Etre femme.
Etre femme c'est pouvoir arrêter de l'être quand je le désire.

Savoir, parler, bouger, regarder, rétorquer et baiser comme un homme.
Rentrer dans l'espace même de la "masculinité" au moment même où on me demande d'être "femme". Mais pas n'importe laquelle.
"Femme" dans son rôle assigné par l'hégémonie mondiale hétéropatriarcale.
Celle qui ne devrait pas se balader seule au Méxique.
La "güera", la "bonasse", celle qui doit avoir peur de tout et vite se trouver des hommes pour pouvoir être tranquille.
Ne laisser aucune prise. Aucune. Aucune possibilité que je sois celle qu'ils veulent que je sois jusqu'à ce que le connard en face de moi sente que je suis capable de lui arracher un oeil (ou autre).

A ce moment précis, moi aussi je suis pirate des genres.
A ce moment précis, je suis.
Et c'est tout.
Je me trouve en dedans et en dehors de l'Etre, mes genres en suspend au dessus de moi, tels une épée de Damoclès, dans l'attente que je choisisse.

C'est justement dans l'interstice de ce doute, de cette sensation, entre son regard qui change et mes dents qui poussent que je décide secrètement, intimement et LA TÊTE HAUTE d'être une "bio femme".
Une sans addition d'oestrogène ni de testostérone.
Une qui invente, qui crée sa propre féminité, sa propre masculinité, sa propre sexualité, sa propre vie.
Une qui se rase la tête et qui porte ses cheveux jusqu'au cul.
Une qui a décidé de ne pas être lesbienne, bi ou hétéro mais d'aimer.
Une qui refuse tout type de taxinomie, tout type de manichéisme, tout type de classification sexuelle, raciale ou identitaire.
Une qui emmerde le machisme des hommes, des femmes et des autres.
Celles/ceux qui se sont perdues par manque d'imagination.
Celles/ceux qui reproduisent la violence machiste : la misère physique, mentale et sexuelle.
Celles/ceux qui veulent des femmes "vierges" pour êtres les premier(e)s, qui comptent, qui cognent...

Je refuse que mon corps soit un terrain d'expérimentation sexuelle. Je ne suis pas un cobaye. Ni pour un homme, ni pour une femme, ni pour personne.
Je suis libre.
Je ne crois pas au sexe sans amour. Je ne veux pas vivre des situations. Je veux vivre des histoires. Même si elles ne sont qu'étincelles.
J'emmerde l'ère "pharmacopornographique" dans laquelle nous vivons et tout ce qu'elle comporte.
J'emmerde les académiciens/ciennes et leur objectivité assassine. Décider d'être objectif, c'est déjà ne plus l'être.

Radicale? Violente?
Mais c'est pas moi.
Ce sont les shémas, les codes, les structures de pouvoirs et d'oppressions sexuelles, mentales, économiques, gouvernementales, spirituelles qui sont violents et radicaux.
Une violence qui mêne à l'assujettissement, la misère et la mort.

Etre femme.
Je suis femme quand je décide de ne plus l'être.


martes, 23 de febrero de 2010

México Mágico


Palenque



Teotihuacan

domingo, 21 de febrero de 2010

Relatos etnográficos del carnaval de San Juan Chamula/ Description etnographique du carnaval de San Juan Chamula


"La fiesta es una operación cósmica : la expresión del Desorden, la reunión de los elementos y principios contrarios para provocar el renacimiento de la vida. La muerte ritual suscita el renacer; el vomito, el apetito; la orgia, ésteril en sí misma, la fecundidad de las madres o de la tierra. La Fiesta es un regreso a un estado remoto e indiferenciado, prenatal o presocial, por decirlo así. Regreso que es también un comienzo, según quiere la dialéctica inherente a los grupos sociales.

El grupo sale purificado y fortalecido de ese baño de caos. Se ha submergido en sí, en la entraña misma de donde salío· Dicho de otro modo, la Fiesta niega a la sociedad en tanto que conjunto orgánico de formas y principios diferenciados, pero la afirma en cuanto fuente de energía y creación."

Octavio PAZ, El laberinto de la soledad,
Ediciones Catedra 2001, p.187


"La fête est une opération cosmique : l'expression du Désordre, la réunion des éléments et des principes contraires pour provoquer la renaissance de la vie. La mort rituelle suscite la renaissance; le vomis, l'appétit; l'orgie, stérile en elle même, la fécondité des mères ou de la terre. La Fête est un retour à état lointain et indifférencié, prénatal ou présocial pour ainsi dire. Retour qui est aussi un début, comme le veut la dialectique inhérente aux groupes sociaux.
Le groupe sort purifié et renforsé de ce bain de chaos. Dit d'une autre façon, la Fête nie la société comme ensemble organique de formes et principes différenciés, mais l'affirme en tant que source d'énergie et création."

Octavio Paz,
Le labyrinthe de la solitude, éditions catedra 2001, p.187


El martes era día de la inauguración del carnaval en San Juan Chamula, (pueblito ubicado a 10 kilometros de San Cristóbal), sincretismo perfecto entre los calendarios maya y cristiano. Decidí irme con los chavales de la posada donde dormía. Fuimos a tomar el colectivo. Había mucha gente muy animada que subía a 30 en un minibus donde caben 15. Fue el momento lo más divertido desde mi llegada en México. Teníamos que pelear para subir en cada colectivo, en vano. Dos de los chavales se fuerón en el maletero con unos pescados que estaban allá. Y yo esperé dos minibus más con Arturo hasta tener la suerte de que uno se pare esatamente donde estuvimos. Pasemos el viaje yo con una pequeña en las rodillas, él haciendo el antropólogo con un habitante del pueblo.


Mardi, c'était le jour de l'inauguration du carnaval à San Juan Chamula, (petit village situé à 10 km de San Cristóbal), parfait syncrétisme entre calendriers maya et chrétien. J'ai decidé d'y aller avec les gars avec qui je partageais le dortoir où je logeais. On est allé prendre le bus collectif. Il y avait énormément de gens qui attendaient le bus, prêts à rentrer dedans à n'importe quel prix! Ça a été le moment le plus drôle depuis mon arrivée au Méxique. Deux des gars sont monter dans le coffre à côté d'un sac de poisson pendant que Arturo et moi avons encore dû attendre deux tours de bus jusqu'à avoir la chance que l'un d'entre eux ouvre ses portes tout juste sur nous. J'ai fait le voyage avec une fillette sur les genoux (les minibus sont proportionnels à la taille des Mayas, ils m'arrivent à la poitrine ;) pendant qu'il faisait l'anthropologue avec un gars du village.


Todavía sufría del estomago hasta buscar una coca-cola (mis disculpas al ser human@) para poder estar en la fiesta y no tardé en encontrarla. Los indígenas se pinchan con esta bebida (el agua es caro y un mexicano no bebe si la sustancía no tiene sabor;) hasta lo ofrecen a sus santos. Hasta los 80, se les preparìa una bebida a base de caña pero sale más barato y más cómodo comprar una botellita de cola (mexicana).
La iglesia de San Juan Chamula es muy especial. Es puro piso sín silla, la gente enciende una multitud de velas en el suelo y rezan en tsotsil (por la mayoría, se hablan alrededor de 90 idiomas en México). Hay mucho humo además del incencio y muchas llamas, se nota bastante la amplitud del ritual. Tiene que haber un sentido numerológico en la manera con la cual disponen las velas en líneas de las más chiquillas hasta las más grandes pero nos quedemos frustrados por no hablar tsotsil. Los santos están dispuestos todo alrededor de las paredes y algunos llevan espejos. En este caso el espejo tiene que absorbar la maldad (enfermedad, mala suerte...). Imposible para mi no ver el vínculo con el Dios nahua (culturas azteca y náhuatl hablantes) omnipresente Tezcatlipoca (su nombre significa . "espejo negro que humea" o "humo espejante"). Tezcatlipoca solía ser representado con un espejo de obsidiana en el pecho "donde veía todas las acciones y piensamientos de la humanidad, y del cual brotaba un humo que mataba a sus enemigos" (wikipedia, ya sé, no es una fuente científica).


J'avais le ventre encore assez fragile pour me résigner à chercher un coca-cola (mes excuses au genre humain) afin de pouvoir assister à la fête. Je n'ai pas tardé à la trouver, c'est la boisson emblématique du bled (l'eau potable est chère et on ne fait pas boire une substance insipide à un méxicain;). Les Mayas se piquent à la coca cola...Ils vont jusqu'à l'offrir à leurs saints. Jusqu'aux annés 80, ils offraient une boisson à base de sucre de canne mais c'est devenu plus rentable d'acheter du cola (méxicain) ou du fanta.
L'église de San Juan Chamula est très spéciale. Il n'y a pas de siège ni de banc, les gens prient à même le sol en langue tsotsil (majoritairement, il se parle environ 90 langues au Méxique) en allumant des bougies. Il y a certainement un sens numérologique qui nous a échappé quant à leur disposition. On place en ligne les plus petites jusqu'aux plus grandes. Nous sommes restés frustrés de ne pas parler tsotsil! Il y a beaucoup de fumée (en plus de l'encens) qui se combine à la lumière des flammes. L'ambiance du rituel est très forte. Les saints sont disposés contre les murs tout autour de l'église, certains portent des miroirs autour du cou qui ont pour fonction d'absorber le mal (maladie, mauvais oeil...).
Il m'est impossible de ne pas faire le rapprochement avec le Dieu omniprésent nahua (cultures aztèques et de langue náhuatl) Tezcatlipoca. Son nom signifie "miroir noir fumant" ou "fumée miroitante". Il était souvent représenté avec un miroir d'obsidienne sur la poitrine d'où il voyait toutes les actions et les pensées de l'humanité, lequel émanait une fumée qui tuait ses ennemis. (je sais, wikipédia n'est pas une source scientifique).


Parece que era el día hueco del calendario maya : 13 lunas de 28 días (364 días) más 1 día hueco. Es la conclusión a la cual llego porque hubo mucha confusión para entenderlo. Es un día de mal augurio, pero también marca el nuevo ciclo de las cosechas.

"Iniciar la cosecha es iniciar la vida."
Arturo Limon ;)

Los hombres dan 13 vueltas en la plaza del pueblo (¿13 lunas?) y paran y 13 vueltas otra vez hasta las 13h00. Las mujeres no partecipan a la ceremonía... Estan sentada fuera de la plaza. Otra vez soy la ùnica...a ver si me dejan, como soy blanca, que mido 40 centimetros màs que ellos y que ando con tres hombres (hay que hacer compromisos) me dejan en paz. Toman posh, un orujo de caña, bebida emblemática del pueblo (con la coca-cola). Están bien prendidos y gritan a las mujeres que se atrevan a cruzar la plaza, escapandose como pueden.


Il semblerait que c'était le "jour creux" du calendrier maya : 13 lunes de 28 jours (364 jours) plus un jour creux. J'arrive à cette conclusion après maints efforts de compréhension et de confusions. Il s'agit d'un jour de mauvais augure mais il marque aussi le nouveau cycle des récoltes.

"Commencer les récoltes, c'est commencer la vie".
Arturo Limon ;)

Les hommes font 13 fois le tour de la place du village (13 lunes?) et se reposent puis recommencent encore 13 fois jusqu'à 13 heures. Les femmes ne participent pas à la cérémonie... Elles se sont pas présentes sur la place, elles se tiennent assises tout autour. Encore une fois je suis la seule... j'espère qu'ils vont me laisser tranquille. Comme je suis blanche, que je fais deux têtes de plus qu'eux et que je suis accompagnée de trois hommes (je dois faire des compromis) ils me laissent en paix. Ils boivent du posh, gnole de sucre de canne et sont bien chauds. Ils hurlent sur les femmes qui s'aventurent à traverser la place qui s'enfuient en courrant.


Distintos personajes partecipan en la ceremonía :

El pasón : Es el soñador, el vidente. Son varios. Llevan unos pasamontañas blancos y un traje de lana blanco signo de alta distincción social. Predicarón que no iba a llover este día. Si se equivocan, se van en la carcél. Es muy importante que no llueva porque tienen que encender el universo (paja dispuesta en el suelo) y pisarlo para devolverlo a la vida. La lluvia maldiría las cosechas por todo el año.

Los mash: Son hombres monos, llevan barba (no es muy común en esas areas) y unos sombreros con los cuatros colores de los puntos cardenales (amarillo para el sur, blanco para el norte, negro para el oeste y rojo para el este). Es interesante apuntar que el norte esta diridido hacía el cielo y no hacía el polo "norte", igual por el sur hacía la tierra.

El mashi es el más joven de los mash, lleva un traje de mono integral. Otra vez me encuentro con Tezcatlipoca : una de sus formas es la ... del mono. (agradezco el Museo Nacional de Antropología de México)

También están los policías, llevan el mismo traje de lana blanca que los pasón (dudo...), cuidan a la iglesia, raspan la cera, dan de comer a los partecipentes panes en formas de pájaros, café, y posh pero sobretodo cuidan a que los extranjeros no toman fotos. Esta totalmente prohibido porque puede interferir con las vías sagradas de la ceremonía. Por eso llevan unos palos que te quitan las ganas.


Différents personnages participent à la cérémonie :

Le pasón : Ce sont les voyants. Ils portent des passe-montagnes blancs et un costûme de laine également blanc, signe de haute distinction sociale. Les pasón ont prédit qu'il ne pleuvrait pas lors de la cérémonie, s'ils se trompent, ils vont en prison. Il est essenciel qu'il ne pleuve pas ce jour ci car ils vont encendier le cosmos (paille disposée sur le sol) et le piétinner afin de lui redonner vie. La pluie maudirait les récoltes de l'année.

Les mash : Ce sont des hommes-singes. Ils portent une barbe (peu commune en ces lieux) et des chapeaux ornés des quatre couleurs des quatres points cardinaux (jaune pour le sud, blanc pour le nord, noir pour l'ouest et rouge pour l'est). Il est intéressant de mentionner que le nord se trouve en direction du ciel et pas du pôle "nord", et que le sud se trouve en direction de la terre.
Le mashi est le plus jeune des mash, il porte un costûme de singe intégral. Je me retrouve encore frappée par la similitude avec Tezcatlipoca : une des formes qu'il prend quand il apparaît est celle...du singe! (je remercie le Musée National d'Anthropologie de México).

Il y a aussi des policiers. Ils portent le même costûme de laine blanche que les pasón (j'ai un doute...), veille au bon déroulement des festivités, veillent à la propreté de l'église en raclant la cire laissée sur le sol par les bougies, donne du posh, du café et du pain en forme d'oiseaux aux participants mais surtout, ils veillent à ce que les étrangers ne prennent pas de photo car cela pourrait interférer avec les forces invoquées lors du rituel sacré. Ils portent de longs bâtons dissuasifs.


Encienden el cosmos (la paja) y lo devuelven a la vida pisandolo, corriendo con banderas mientras explotan varios petardos en el aire hasta que se vuelva puro humo. La gente se pone histérica...también porque están apunto de saltar a tres toros (me parecierón nueve...) uno por cada barrio de San Juan Chamula.

Y aqui viene la anecdóta etnográfica (para que no se aburren;), uno se acercó tan cerca de nosotro que me cayó debajo de una ola humana con Arturo ¡Menos mal que son bien pequeños!


Puis ils incendient le cosmos (la paille) et lui redonne la vie en courrant sur les flammes munis de drapeaux sous une pluie de pétards lancés dans les airs. La foule devient hystérique... aussi parce qu'ils sont sur le point de lâchés trois taureaux sur la place, un pour chaque quartier du village (ils m'ont paru neufs...).

Enfin arrive l'anecdote ethnographique (vous l'avez mérité;), l'un d'entre eux s'est tant approchés de nous que je suis tombée sous une vague humaine avec Arturo. Heureusement que les Mayas sont petits!





sábado, 20 de febrero de 2010

Trans-formación


Siento la explosión de mis burbujas internas, de los mundos, de los círculos, de las glocalidades
que se escapan a medida que conectan, se superponen. No existe un punto espacial, un lugar fijo en el cual cabo.
Intentando ubicarme entre las teorías transfemenistas del "primer mundo" y las realidades del "tercer", me vuelvo trans.

Trans-mundista.

Es la muerte del nomadismo. No vuelvo, paso, atravieso glocales-realidades que me atraviesan también. Y nos trans-formamos, mutamos junt@s.


L'éclatement de mes bulles internes chevauche l'éclatement des mondes, des cercles, des glocalités qui se fuient à mesure qu'elles se connectent, se superposent. Il n'existe pas d'espace, de lieux qui puisse me contenir.
C'est en essayant de trouver une place adéquate entre les théories transféministes du "premier monde" et les réalités du "troisième ou tiers monde" que je deviens trans.

Trans-mondiste.

C'est la mort du nomadisme. Je ne reviens pas, je passe, traversant des réalités-glocales qui me traversent à leur tour. Et nous nous trans-formons, nous mutons ensemble.

"Le sujet du savoir situé est un vampire. Il est nécessaire de mordre ou d’être mordu pour savoir. Être témoin de sa propre mutation. Prendre le risque de l’alchimie. Le terrain de l’épistémologie craque pour ouvrir un espace éthico-politique : « être témoin », pour Haraway, dépend de la relation constitutive entre « tester » et « attester » (Haraway, 2000,161). « Être témoin, c’est voir, attester, se rendre publiquement responsable de, et physiquement vulnérable à ses propres visions et représentations. » (Haraway, 2000, 155.) Voir toujours avec l’autre mais jamais à sa place. "

B.Preciado
Revue en ligne Multitudes, 2005



viernes, 19 de febrero de 2010

Plein la gueule

San Cristóbal,

Cuatros calles turísticas perdidas en en los montes neblinosos de Chiapas donde la gente se muere como moscas.
Los turistas, los indígenas, los paramilitares, el miedo, la tensión, el hambre, la diarrea, la miseria, el colectivo, la neblina.

Una miseria sín nombre. Todavía no consiguo en peguarle un rostro... Hace una semana que no saco foto. Pienso en Alfredo Jaar, a sus fotos vacías de Rwanda, a sus fotos de tela con textos...

Hacer. Rápido. Aqui no sobra nada, ni una sonrisa, ni una gota de agua.

Busco, lloro, tomo, pierdo...la grán nada. No me pasa nada por fuera, todo por dentro. Es como si todas mis convicciones, todas mis ideas, todo lo que me construyó se diluiría hasta explotar en el sonido mudo de una burbuja.

Pedro no vino a la cita, teníamos que trabajar juntos, no me escribe, no me contesta...acaba de contactarme, a ver si esta vez viene. Siguo, busco...Rocío Noemie Martínez. Es por su árticulo que estoy aqui.

Me recibe en su casa, me ayuda bastante. Ya porque me recibe, me habla, me escucha, es como reencontrarme con un trozo mi realidad. Porque me apunta lo que se puede, lo que no, a dónde, como, con quien, que tipo de terreno estoy pisando. Porque hablamos de dignidad, de luchas coloradas, de esperanzas, de mujeres, de construcción del ser por dentro, por fuera. Porque me abrazó... La agradezco ;) antes de llegar a su casa, casi estaba por irme en Oaxaca...

De vuelta en casa, una ONG me contestó!!!! Fortalecimiento de las mujeres chiapanecas. Tengo cita, voy corriendo, no hay nadie, claro la cita es por mañana, voy en taxi...las puertas no cierran, ningún riesgo de atrasco jaja!

Necesitan a un antropólogo para hacer un diagnóstico de sus comunidades, a ver por dónde empezar, con que necesidades. Una mujer tsotsil me acompañara para traducirme. Hay muchas mujeres solas con sus niños porque los hombres se fuerón a Estados Unidos y se olvidarón de sus familias. Hace dos años que esperan a que alguien les contesta. Estan ahorita en un proyecto de salud y nutrición y me necesitan para atender a unos pacientes en el "cabinet" de dentista que improvisarón en un local prestado por una mujer mientras estan trabajando en las comunidades. Está ubicado en las afueras de San Cristóbal. Lunes, firmamos los papeles y hacemos nuestra agenda.

San Cristóbal,

Quatre rues touristiques perdues sur les monts brumeux de Chiapas où les gens meurrent comme des mouches. Les touristes, les Indiens, les paramilitaires, la peur, la tension, la faim, la chiasse, la misère, le bus collectif, le brouillard.

Une misère sans nom. Je n'arrive toujours pas à lui coller un visage. Ça fait une semaine que je n'ai pas pris une photo. Je pense à Alfredo Jaar, à ses photos sans image du Rwanda, à ses photos faites de toiles et de textes.

Agir. Vite.

Je cherche, je pleure, je bois,je perds...le néant. Rien ne se passe et je sens comme je change. Cest comme si toutes mes convictions, toutes mes idées, tout ce qui m'a construite se diluait jusqu'à exploser dans le bruit sourd de l'éclatement d'une bulle.

Ça fait une semaine que Pedro me fait poireauté sans me donner de nouvelles, pas un mail ni un coup de téléphone. Il m'a fanné! On devait bossé ensemble, je dois le voir tout à l'heure...Je continue à chercher... Rocío Noemie Martinez, c'est pour avoir lu son article que je suis là.

Elle me reçoit chez elle, elle m'aide beaucoup. Déjà parce qu'elle me reçoit, me parle, m'écoute. C'est comme si je me réconciliais avec un bout de ma réalité. Aussi parce qu'elle me note où je peux aller, avec qui, comment, ce que je peux faire et ce que je ne peux pas, sur quel type de terrain je suis en train de m'embrigader. Parce qu'on parle de dignité, de luttes colorées, d'espoirs, de femmes, de constructions de l'être par dedans, par dehors. Parce qu'elle m'a pris dans ses bras. Je la remercie ;) avant d'entrer chez elle, je pensais m'en aller pour Oaxaca.

En rentrant à l'hôtel, une ONG m'a répondu!!! Fortalecimiento de las mujeres Chiapanecas ("Aide " aux femmes du Chiapas). J'ai un rendez vous, j'y vais en courrant, évidemment il n'y a personne, le rendez vous est pour le lendemain...j'y vais en taxi, les portes ne ferment pas, pas de risque d'enlèvement hahaha!

Ils ont besoin d'un(e) anthropologue pour faire un diagnostic de leurs communautés, je serai accompagnée d'une tsotsil qui me traduira. Apparement, il va falloir que je sonde le terrain pour voir quelles sont les nécessités, les besoins les plus urgents. Il y a beaucoup de femmes seules avec des enfants car les pères sont partis aux U.S.A. et ne sont jamais revenus, les ont oublié...Ça fait deux ans qu'ils attendent que quelqu'un leur réponde. Ils travaillent actuellement sur un projet de santé et nutrition et vont avoir besoin que j'accueille les patients dans leur "cabinet" de dentiste improvisé dans un local pendant qu' ils bossent dans les communautés. Ça se trouve dans la banlieue de San Cristóbal. Lundi on signe les papiers.

"Hueles a europa"

Hablar del D.F. ahora es extraño porque lo dejé hace una semana y ya estoy en otro mundo.,en otra dimensión, en otras realidades...hasta yo soy distinta. Su tamaño, sus luces, sus ritmos, SU EMERGENCIA y su magía me impactarón bastante. Quizas el mejor testimonio de lo que fue mi llegada se encuentra en los correos que mandé a los seres cercanos. Es dificil retranscrir la primera mirada, la que el antropologo tiene que mimar, archivar, leer y leer hasta entender que vínculo pueden surgir de ella por sus analisis.

"Hueles a europa" eso es la primera cosa que me dijó Ixcolay, la chica que me dió hospedaje. Llevaba una chamara parisina que ni siquiera llevo en Francia, no sé, era como llevar todo lo que me había llevado en México.

La primera cosa que tuvé que aprender fue caminar. Cruzar las "calles" sín pasaje peatonal de tres o cuatro vías mínimo, eso era el verdadero peligro de esta ciudad. Entonces prácticaba por las noches cuando no había mucho tráfico. Ixcolay me ayudó mucho en sobrevivir en esta ciudad, y más que eso, en quererla ;)

La verdad es que tuvé la impresión de llegar en el corazón del mundo, bueno eso vinó despues, eso vinó en Tepotzlan, cerca del lugar dónde nació Quetzalcoatl. La llegada al D.F. fue fascinante, pasé noches gravando el tráfico, sus olas incandescentes me aparecierón muy eróticas.




Parler du Distrito Federal maintenant me fait un drôle d'effet. Il y a une semaine que je l'ai quitté et je suis déjà dans un autre monde, une autre dimension, d'autres réalités...même moi je suis différente. Sa taille, ses lumières, ses rythmes, SON URGENCE et sa magie m'ont frappé de plein fouet.

Le meilleur témoignage de mon arrivée est certainement celui des mails que j'ai envoyé à mes proches. C'est impossible de retranscrire le premier regard maintenant, ce premier regard que l'anthropologue doit chérir, archiver afin de le lire et relire en espérant y trouver un jour une piste, un lien possible pour une analyse quelconque.

"Tu sens l'Europe", c'est la première chose que m'a dit Ixcolay, la fille qui m'a accueilli. Je portais une veste parisienne comme je n'en porte jamais...c'était un peu comme porter tout ce qui m'avait mener à Mexico.

J'ai tout d'abord dû apprendre à marcher, à traverser les "rues" sans passage piéton qui font au minimum trois ou quatres voies. C'est le véritable danger de cette ville alors je m'entraînais la nuit, quand il n'y avait pas beaucoup de circulation. Ixcolay m'a beaucoup aidé à survivre dans cette ville, et plus que ça, à l'aimer.

La vérité c'est que j'ai eu l'impression d'arriver au coeur du monde, enfin ça s'est venu après, à Tepotzlan, un village près duquel est né Quetzalcoatl. Le D.F. m'a fasciné, j'ai passé des nuits à filmer les vagues incandescentes de ses millions de voitures qui me sont apparues très érotiques.

jueves, 18 de febrero de 2010

Inauguración de mi blog


Hoy, 18 de febrero del 2010,

San Cristóbal de las Casas, Chiapas, México

Decido pasar un compromiso con google y sus bases de datos, me abro un blog en blogspot.com. Todavìa resisto a Facebook ;) Ni modo.

Decido escribirles como si mi fecha de nacimiento fuera el 25 de énero del 2010 o sea cuando atterizó el avion en el cual estaba en México D.F.

Este blog es una botella que se va llenando cada día, una botella echa al mar de los universitarios de Lyon, a las pantallas de l@s amig@s, de la familia, de los amores y viajer@s de aca/alla, echa en las orillas de tu cuerpo...

Permito los comentarios pero a una condición : los personales en mi dirección de correo électrónico. Insisto, los "te extraño", "te queremos", "je t'aime mon lapin en chocolat", en mi mail.




Je décide de passer un compromis avec google et ses bases de données, j'ouvre ce blog sur blogspot.com. Je résiste toujours à Facebook ;) y'a pas moyen.

Je décide de vous écrire comme si j'étais nés le 25 janvier 2010, en même temps qu'atterrissait l'avion qui me portait à México D.F.

Ce blog est une bouteille qui se remplit chaque jour, une bouteille jetée à la mer des universitaires de Lyon, aux écrans des amis, de la famille, d'amours et de voyageurs d'ici et d'ailleurs, jetée jusqu'aux battements de tes paupières...

Les commentaires sont permis à une condition : les personnels sur mon mail. J'insiste, les "tu me manques", "ma chérie", "je t'aime mon lapin en chocolat", sur mon mail.