sábado, 31 de diciembre de 2011

Ode à Lilith

Estremeceme todavia mas
Llevame mas alla de mi misma,
 alli,
 muy dentro y muy fuera at the same time

Gritame con toda la voz y con todo el cuerpo 
con todo el placer
Devuelveme la vida y las ganas, la luz y el viaje

Lilith,
devuelveme el Viaje

y la Mar...





I need to travel
again and again 
Merci 2011!!!

fuiste azul, roja y blanca, amarilla y verde
fuiste mi arcoiris placentero, fuiste mi mas grande esperanza, mis sorpresas màs hondas y llenas de alegriiia, mi renacer toda

 fuiste puro AMOR

Fuiste Santa, Sonrisa, Feliz y Subversiva... rabiosa tambien, Hermosa... Hermosisima...
fuiste boca roja y juegos caramelos
fuiste dificil a veces sin techo sin dinero pero siempre llena de posibles...

 te quize tanto...

2012! TE Quiero Ya!!!

viernes, 30 de diciembre de 2011

Las estrellas, los magos y las arrugas se dibujan entre llamas y humo. La melodia vuelve a mi mente mientras escucho esos viejos hablar el idioma de los pajaros . Esta noche es pura magia. El vino sangre viva, la amistad late. El Azul lo llena todo.
El frio pica y es agradable.

Love is on the Beat

viernes, 23 de diciembre de 2011

De la vida en pareja...


Des ravages du temps...

miércoles, 21 de diciembre de 2011



Toma la guitarra, sube encima de la mesa con sus nuevas boots intergalacticas y se convierte en Nancy Sinatra. El nino se rie mucho mientras se pinta las orejas con un vino extraordinario. Un Bordeaux millésime que solo se escurre una vez al ano.
El cielo se abre y el invierno dispara sus primeras nieves.

lunes, 19 de diciembre de 2011

Marie Cutzach...




Sisterhood

Me acuerdo de ti cuando tenias 15 anos y que tomabas el tren para ir al gimnasio, de tus cejas  en batailla que me miraban con suspicio y ganas.  Me acuerdo de tu aire vaguo  y de tu sonrisa naciente  entre las estrellas... las estrellas, las que ahora pintan tu  entranas...



Me acuerdo de tu pulgar y de tus brazos lanzados por las carretaras de nuestra sed entranable de ailleurs. De como aprendi la luz y la libertad cruzando europa a dedo contigo... Sister... Oh Sister... acurrucada desnuda contra ti, las manos encima de los sexos respirandose...

Te miro y como siempre, te cuento estos ultimos meses con euforia sin dejarte hablar. Y te cuento mis secretos como no les cuento a nadie... entre dos pizcas de colacao... miro tus ojos mas grandes y tu cabello mas brillante...

Un môme. Lo pronuncias y estas màs segura que la Luna y te quiero besar toda...

viernes, 16 de diciembre de 2011



Este video fue realizado en el marco de la campaña "Racismo en México". 
Se hizo un trabajo de investigación con niños y niñas en México, replicando el experimento con niños/as y muñecos diseñado por Kenneth y Mammie Clark en 1939 en E.E.U.U. Aquí se muestra parte de los resultados. 
Los niños y las niñas que aparecen en este video reflejan las respuestas de la mayoría de niños/as que fueron entrevistados/as.
Dada la complejidad de la temática, se realizó un Taller de Racismo con los niños y las niñas que participaron, para generar un espacio de reflexión y contención de las emociones generadas en este intercambio.

jueves, 15 de diciembre de 2011



emmitouflée dans l'ivresse de ses insomnies

Elle chante

miércoles, 14 de diciembre de 2011

Appel à manifester du STRASS, syndicat du travail sexuel

Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux travailleurSEs du sexe et aux prostituéEs

Manifestation // samedi 17 décembre 2011 // Départ Place Pigalle (Paris) à 14H

publié en ligne : 17 décembre 2011

 
TravailleurSEs du sexe, prostituéEs, et alliéEs, nous manifesterons le 17 décembre pour dénoncer les violences que nous subissons.
Qu’elles soient d’ordre physique, moral, social, sexiste, homophobe, transphobe ou raciste, ces violences sont rendues possibles et encouragées par la loi, ainsi que par les discours qui nous stigmatisent toujours plus et nient notre légitimité à nous exprimer sur nous-mêmes.

Le délit de racolage passif, instauré en 2003 par Nicolas Sarkozy, a accru la répression policière et les expulsions de nos collègues migrantEs.
Le bilan de cette mesure est catastrophique.
L’objectif annoncé, la lutte contre les réseaux de traite, n’a en rien été atteint, au contraire : seulEs les travailleurSEs du sexe ont fait les frais de cette disposition inique.

Aujourd’hui, dans un consensus inédit en cette période électorale, c’est ensemble que droite et gauche ont initié, validé et adopté une répression des travailleuRses du sexe.
Sous couvert d’”aider des victimes”, il s’agit encore d’une mesure répressive et dangereuse à notre encontre. Cette disposition va accroître la présence et les potentielles violences policières sur les lieux de tapin, nous invisibiliser un peu plus, nous éloigner des structures de soins, de dépistage, de prévention, entraver notre capacité à imposer des rapports protégés. Cette situation va faire les choux gras des réseaux, et des patronNEs de l’industrie du sexe, qui seront d’autant plus à même de nous fournir ce dont les parlementaires nous privent : des moyens et des lieux pour exercer, une protection, des clientEs.

La première violence faite aux travailleuRses du sexe est institutionnelle : c’est elle qui, en niant la parole des putes, justifie toutes les autres.
Nous exigeons :
  • l’abandon du projet de pénalisation de nos clientEs , la fin de toute répression, directe ou indirecte, à notre encontre
  • d’être enfin consultéEs et associéEs à l’élaboration de politiques publiques qui nous concernent au premier chef
  • l’abrogation du délit de racolage , et du délit de proxénétisme d’aide et de soutien, qui instaure un véritable délit de solidarité à l’égard des prostituéEs et de cELLeux qui les soutiennent
  • la régularisation des travailleurSEs du sexe sans papier, seul moyen de lutter contre la traite des êtres humains L’accès aux droits fondamentaux : santé, retraite, logement, chômage, justice et sécurité .

NI PROXOteS, NI PATRONneS, TRAVAIL SEXUEL LIBRE !

Quelques chiffres

En espanol abajo

Selon Andrée Michel, dans son ouvrage  Citoyennes militairement incorrectes (1999)

 Un F16 consomme en  1 heure  l'équivalent de ce que consomme une voiture moyenne en 1 an. Le Pentagone consomme en 1 an l'énergie nécessaire aux transport nationaux (USA) pendant 14 ans!!!
Les 97% des déchets nucléaires appartiennent... à l'Armée! Les terres sont stériles plusieurs années après le passage de chars. Sans compter les pollutions atmosphériques ou aquatiques.
LE PLUS GRAND POLLUEUR EST DONC L'ARMEE!!!

Selon la NRA (National Rifle Asociation), 250 000 armureries vendent des armes aux USA, elles sont donc 20 fois plus présentes que Mc Donald!!! 230 000 000 d'armes circulent légalement aux USA. Les Etats Unis mènent ou financent une guerre tous les 18 mois depuis la fin de la seconde guerre mondiale (Grèce, Iran, Guatemala, Liban, Cuba, Chili, Congo, Panama, Grenade, Nicaragua, Bolivie, Afghanistan etc...).

Les cinq plus grands vendeurs d'armes au monde sont: Les Etats Unis, la Chine, Israël, la France, Royaume Unis la Russie. Ils ont le droit de véto à l'ONU (sauf Israël). Cette même ONU qui a exposé la sculpture dédiée à la Non violence de Carl Fredrik Reuterswärd.


Segùn la investigadora feminista Andrée Michel en su libro Citoyennes militairement incorrectes (1999). Un avion F16 consume en una hora lo que un coche basico consume en un ano. El Pentagono consume en un ano lo que los transportes nacionales de Estados Unidos consumen en 14 anos. Los 97% de los residuos radiactivos estan producidos por... EL EJERCITO. Despues de que los caros de combate pisoteen la tierra, se vuelve estérila durante anos. Eso sin tomar en cuenta la contaminacion atmosferica ni del agua.
EL MAYOR CONTAMINADOR DEL MUNDO ES EL EJERCITO!!!

Segùn la NRA (National Rifle Asociation), 250 000 armerias venden armas en los Estados Unidos, son 20 veces màs que los Mc Donalds!!! 230 000 000 armas estan circulando legalmente en los Estados Unidos. Esos mismos han hecho o finanzado una guerra cada 18 meses desde el fin de la segunda guerra mundial (Grecia, Iran, Guatemala, Libano, Cuba, Chile, Congo, Panama, Grenade, Nicaragua, Bolivia, Afganistan etc...)

Los 5 paises que exportan màs armas son China, United Kingdom, Francia, Estados Unidos, Russia e Israel y son los que tienen el derecho de Veto en la ONU (menos Israel). La misma ONU que expuso la escultura dedicada a la No Violence de Carl Fredrik Reuterswärd.

martes, 13 de diciembre de 2011

Esta manana, abrio la ventana, y se fue.

Camina por la calle mojada. Por esas latitudes, en esta temporada no hay luz. El cielo es gris con puntitas de azul oscuro. La gente mira hacia dentro, esta Sol-edad tiene un rostro que la interesa.
Sonrie. Saborea la danza de esos dias parisinos, esos dias que fugan, transitan por su garganta, por sus ojos cansados que se acuerdan... que no quieren dejar la hermosura marcharse de una vez. No quiere acabar sus letras con un ridiculo Punto Final.

Se rie mucho de esta sublime locura

Sigue caminando
hacia el Sur

Mu-danza

Hacerlo de un dia para otro, como siempre, justo cuando sentia que estaba instalada.
Algo me gusta cuando vacio "mi" cuarto, algo que todavia no he escrito nunca. Me gusta cerrar la puerta, me gusta dejar mis cosas y caminar por la calle, a donde trabajo, escucho y canto. Me gusta levantarme del sillon y dejar la casa, comprar un billete de tren.. o de avion. Tengo la sensacion (ilusora?) de liberarme de algo que no sé definir... quizas es nada màs significar al chavo que me renta el cuarto que NO, no lo necesito, quizas es porque hace mas de diez anos que cambio de casa cada tres meses y que este ritmo se volvio cadencia mia...a pesar de que resisto intentando estabilizarme geograficamente...eso es estamente lo que extrano

Marcharme



Cambiar de casa
Otra vez
hacerlo como si se tratara de respirar

Tarareando


domingo, 11 de diciembre de 2011

Ibamos más rápido que el peligro




A tus incendios,
.
Vuelo. con mimisma
y te quiero
Sin promesas
hambriente como Lilith
Con la insolencia de tu boca
de niña
dibujandome por dentro

sábado, 10 de diciembre de 2011

Emilie, doctorante canadienne à Paris, menacée d'expulsion

Publié le 09-12-11  ICI

Les étudiants étrangers font les frais de l'objectif de réduction de l’immigration légale. Comme Emilie, brillante thésarde québécoise, privée de son visa étudiant. Portrait.

. (Cyril Bonnet - Le Nouvel Observateur)  
. (Cyril Bonnet - Le Nouvel Observateur)
 
Depuis six ans, Emilie Adam-Vézina était une brillante doctorante québécoise à Paris. Depuis deux mois, elle est sans-papiers. Et depuis le 8 décembre, elle risque d’être expulsée.
Au départ, il y a les dégâts de la circulaire Guéant du 31 mai, qui a privé des centaines de diplômés -voire surdiplômés - étrangers d'un premier emploi en France. En voici une nouvelle variante, qui s'attaque désormais aux étudiants... en cours d'études. Emilie en a fait les frais : le renouvellement de son visa vient d'être refusé, alors qu'elle n'a pas encore terminé sa thèse.

"J'étais au service de la recherche française"
Emilie est arrivée en France en 2005. "Une chercheuse française que j'ai rencontrée à Montréal m'a proposé de l'accompagner en France pour faire mon doctorat et poursuivre mes recherches dans son laboratoire". Pour Emilie, élevée dans un "bain bi-national avec un beau-père français ", comme elle dit avec son accent québécois, "venir faire des études en France avait un sens". Elle entame un doctorat d'anthropo-sociologie à l'Université Paris 7 Denis-Diderot. Intitulé de sa thèse : "les trajectoires migratoires et thérapeutiques de migrantes africaines en France et au Canada, atteintes du VIH-sida". Pendant six ans, elle enchaîne les contrats de recherche, qui lui fournissent des revenus, les publications scientifiques, organise bénévolement des colloques, des séminaires, obtient un financement d'un an de Sidaction… "J’étais au service de mon labo, de ma fac, et de la recherche française".
En juin 2011, deux mois avant l'expiration de son titre de séjour "étudiant", Emilie sollicite son renouvellement, comme chaque année. Et là, surprise : "On me demande impérativement la date prévue pour la soutenance de ma thèse". Emilie s'est fixé un objectif à l'automne 2012. Mais donner une date précise ? Impossible. "Je leur ai dit : 'Je pourrais vous mentir, mais honnêtement, je n'en sais rien'. On ne peut pas évaluer la durée d'une thèse en sciences sociales comme pour les sciences dures, la démarche n'est pas du tout la même. On travaille avec des humains, ce n'est pas figé".

"Obligation de quitter le territoire français"
Après plusieurs allers-retours à la préfecture, le couperet tombe. Elle reçoit, datée du 8 novembre, une lettre de la Préfecture de police portant le sigle " OQTF ". Traduction : "obligation de quitter le territoire français". Dans un délai de 30 jours. Délai expiré, donc, depuis le 8 décembre. Mais le plus choquant, pour Emilie, est la violence du motif invoqué : "progression insuffisante de son cursus". On estime qu’elle met trop longtemps à achever ses travaux, alors même que tous les chercheurs de son domaine reconnaissent qu'une thèse de sociologie peut se prolonger, parfois, pendant dix ans.
Premier réflexe, Emilie pense aux entretiens de validation qu'elle doit encore mener avec des femmes en France pour confirmer ses analyses de thèse. "Je me suis effondrée. Une incompréhension totale. Je suis ici depuis six ans, j'ai une vie personnelle et professionnelle, un appartement. Je n'avais jamais imaginé qu'on puisse me refuser de finir mes études, je pensais avoir été un bon soldat."

"Je me mets à flipper quand je croise des policiers"
Emilie bascule dans une autre réalité : elle est désormais sans-papiers. "J'étudie des cas de femmes africaines à qui cela arrive tout le temps, et tout à coup, je me retrouve dans la même situation qu'elles. Certes, je suis blanche, je sais que j'ai peu de risques de me faire contrôler. Mais on pense à des choses auxquelles on ne pensait pas avant : on se dit qu’un accident de vélo est vite arrivé, je me mets à flipper quand je vois des policiers". Tout à coup un sentiment de grande précarité. "Bien sûr, je pourrais retourner au Québec, je ne viens pas d'un pays en guerre. Mais venir vivre en France a été un vrai choix".
Sans titre de séjour, du jour au lendemain Emilie n'a plus aucun revenu. "Non seulement je ne peux plus travailler car la fac ne peut pas employer quelqu’un en situation irrégulière, mais je suis coupée de tous les droits sociaux pour lesquels j'ai cotisé depuis 2006".


"Une tache dans notre coopération scientifique avec le Canada"
Après la stupeur, vient la combattivité. Aidée d'une avocate, elle a déposé deux recours auprès du tribunal administratif. Mais les procédures peuvent prendre des mois… Le président de l’université Paris 7 a écrit au Préfet pour solliciter le réexamen du dossier de "cette étudiante à la fois brillante et fortement intégrée", qui s’est "donnée sans compter dans les travaux collectifs de son laboratoire". Et souligner combien "les institutions canadiennes seraient à juste titre offusquées par la confirmation de cette mesure d’éloignement, qui serait une tache dans notre coopération scientifique".
Les lettres de soutien d’enseignants, d’universitaires, de chercheurs, se multiplient ; la pétition "Non à l’expulsion d’Emilie !" a été signée par près de 2.000 personnes à ce jour sur le site du Réseau Education Sans Frontières (RESF).


Etudiants placés en centre de rétention
L’Association des sociologues enseignants du supérieur, elle, fustige "la politique répressive et abusive du gouvernement à l’égard des étudiant-e-s et collègues étrangers". Dans une motion, elle s’indigne du fait que ce soit "un agent préfectoral qui juge de la pertinence du travail mené par nos étudiants. Cela n’est pas son métier". Et ajoute : "Nos étudiants sont de plus en plus nombreux à être sommés de quitter le territoire français, placés en centre de rétention, expulsés, alors qu’ils devraient travailler leur exposé, réviser en vue de leur partiel, rédiger leur mémoire ou encore accomplir leur stage".
Pour "sauver sa peau", Emilie se surprend à faire des choses impensables. "Moi qui suis très timide, j’ai croisé un homme politique dans un restaurant, et je suis allée l’interpeller !" Elle qui espérait rester en France et demander la nationalité française, finit par se demander si ses compétences ne seront pas plus valorisées ailleurs.
"Cette nouvelle politique est en contradiction totale avec la volonté d'attirer les meilleurs étudiants et chercheurs, qui font le rayonnement de la recherche et de l'enseignement français au niveau international". Elle va même jusqu’à s’inquiéter pour ce pays d’adoption qui la rejette : "Je ne voudrais pas que l'image de la France soit ternie". Pas rancunière.

Lisa Vaturi – Le Nouvel Observateur

Izquierda Unida vs el PP valenciano

De la necesidad de organisarnos en colectivos, de investigar la politica como sea, de exigir el cambio de nuestras constituciones para volver nuestras asembleas executivas con la representacion la mas diversa, de encontrar estrategias electorales que nos permitan tener voz dentro de nuestros gobiernos fascistas. Yo quiero ver chavas asi en la politica francesa...

viernes, 9 de diciembre de 2011

Le Zorba

A Farid lx Cheyenne,

Les fous, les assoiffés d'Azur
ont pour tout horizon
 l'antre bleu des délices

Les chemins du resquisse
enfin, les tournebilles

Ils ne sont pas ces chantres
au dessous de vos fiantes

Ils sont Rats et Chenille
Vanille Papillon

Écrivent comme ils peuvent
l'ancre de leur Parole
Par dessus Vents et crasse
Le Ventre des étoiles

L'écume des matins
des caresses sans fonds
le tout petit

Espoir


jueves, 8 de diciembre de 2011

Aux féministes abolitionnistes

Traduzco pronto...

"On ne démolira jamais la maison du maître avec les outils du maître"
Audre Lorde, Sister Outsider,  1979


Alors que nous avions enfin l'opportunité de redonner un souffle au féminisme en France avec les mobilisations qui ont eu lieu après l'affaire DSK, voilà que la gauche et la droite s'unissent lors d'un rare consensus en faveur de la pénalisation des clients des prostitué.e.s. (Le Monde)

Les féministes abolitionnistes se réjouissent au même moment où le groupe de La Barbe se fait violemment expulser de la "Convention pour l'ambition" de l'UMP. Comment prétendre faire des compromis féministes avec un tel gouvernement? Pourquoi ne pas aller à la rencontre des chinoises qui tapinent à Belleville leur demander ce qu'elles pense de la pénalisation de leurs clients plutôt que de demander une fois de plus à l'Etat de protéger les femmes? Je lisais sur un blog "la France, devenue si différente de l'image qu'elle a d'elle même, affirme une position progressiste et tire le reste du monde vers le haut..." J'ai du mal à y croire tellement c'est énorme! La France salvatrice des femmes du monde, la France progressiste...

Mais vous parlez de la France de Sarkozy Mesdames: celle qui violente, qui tabasse, qui expulse, qui emprisonne, qui prive de droits civiques TOUTES LES MINORITÉS et notamment les femmes migrantes plongées dans l'illégalité par ce même gouvernement. Ces mêmes femmes migrantes à qui vous prenez la Parole, qui sont privées de droits civiques par ce gouvernement avec lequel vous traitez, qui n'ont pas accès au marché du travail, qui sont séparé de leurs enfants lors d'expulsions.

Je me demande où seront les abolitionnistes quand les prostitué.e.s les plus pauvres devront se cacher encore plus pour ne pas se faire emmerder par les flics, se mettant encore plus en danger, précarisant toujours plus leurs situations. Car les 90% des prostituées -les seules qui vous intéressent- victimes des traites n'ont pas de papiers et vivent dans une pauvreté extrême. Allez leur expliquer que vous savez ce qui est bon pour elles et que l'Etat français va les sauver!


"elles sont méprisées du public, elles sont bousculées par les flics.."

Proposition de résolution de loi réaffirmant la position abolitionniste de la France en matière de prostitution adoptée hier

Lettre ouverte de prostituées de Gerland aux élu-e-s de la ville de Lyon, juin 2010
Les putains tapent du poing contre les violences, décembre 2010
Lyon, nouveaux ravages de la politique du "coup de balais", 5 décembre 2011

miércoles, 7 de diciembre de 2011

Guardarem lo Larzac!




Un très beau film qui montre les petites gens du sud de la France comme elles sont: la parole au creux des mains. La lutte de ces paysan-nes est un exemple de révélation de soi au travers des années de luttes, d'ingénuité, de partage, d'amour, de solidarité, de détermination...  au travers de ce qui palpite, ce que ma grand mère m'a apprit et que j'appelle l'intelligence du coeur.

Voir ces personnes et la révolution que ça a été dans leur vie que de lutter contre l'extension d'un camps militaire qui menaçait leurs habitations, leurs exploitations, leurs vies de paysan-nes alors qu'ils n'étaient qu'une poignée... et la solidarité...la rencontre de l'étranger puis la naissance de la conscience politique, la construction de cette bergerie à mains nues parce qu'on y croit et qu'il le faut malgré le peu de chance de voir les murs s'élever.
Une goutte d'eau dans l'océan, une goutte d'eau et tout est possible...

Tous au Larzac, blog partenaire du film


ARCHIVES:

Minute 11'26
"Pour le Ministre, pour le Préfet, les choses sont si simples: de l'argent et tout s'arrangera. L'argent, l'argent, ils n'ont que ce mot à la bouche. Ce que nous défendons et que vous défendez avec nous c'est la Vie. C'est la Vie! C'est la Vie! C'est la dignité des Hommes et la Paix. C'est pour cela que nous avons entreprit la construction de la bergerie. Des jeunes et des adultes sont venus bâtir, ils ont sué dur mais c'est pas notre bergerie, c'est celle de tous les paysans du Larzac, c'est celle de vous tous, celle de tous les gens de France ou du Monde qui relèvent la tête et veulent vivre debout. Vous allez repartir chez vous, nous allons continuer la construction, nous sommes nombreux à lutter pour la Vie. Ensemble nous gardons le Larzac.
 GARDAREM LO LARZAC!"

Archives, Tous au Larzac! 1973-74


TOUS AU LARZAC par cinegalerie-imagine94



minute 24'49:

"Partout nous voyons la main mise grandissante de l'Etat centralisateur sur la communauté de base, sur l'individu. La montée des fascismes économiques, politiques, religieux. Le progrès technique incontrôlé, celui qui nous fait accepter n'importe quoi pour assurer notre profit, notre bien-être. Le refus d'accepter l'autre comme un être différent qui peut naître, mourir, se nourrir, s'habiller, aimer, briller de manières différentes.

 Alors que faire? Hein? qu'est ce qu'on fait? Continuons de croire que notre couleur de peau est la plus belle, notre civilisation la meilleure, notre religion la seule vraie... et à la fin, crevons. CREVONS D'ÊTRE TROP RICHES, D'ÊTRE TROP GRAS, D'ÊTRE TROP CONS!!! Ou bien RE-FU-SONS. Refusons d'assoir notre prospérité collective sur le meurtre déguisé de millions d'Hommes. Le moment n'est il pas de considérer le Tiers Monde non pas comme un vaste champ où s'exercera notre charité ou notre sens de la justice mais plutôt comme la seule chance de survie qui reste à notre monde désaxé. Il est temps pour ces peuples de reprendre conscience de leurs propres valeurs."

martes, 6 de diciembre de 2011

Habla y tiembla,
esas dos palabras tienen la misma nota
...AZUL

 el soplo de sus entrañas llena el espacio
este soplo que nacio
entre ti, alli, en el Sol
el día del primer abrazo

Lo hizo con sus patitas de niña
las perlas de su boca llenanando el espacio
convirtiendo la distancia en un lugar
posible

redescubriendo la voz
y su carne
Roja

sábado, 3 de diciembre de 2011

La ManiFiesta 1

Théâtre de verre,
 17 rue de la Chapelle (métro Marx Dormoy, code A2546)
75018 Paris

Programme:
15h00 Lectures de Textes de la Revue Stratagème 
16h30 Poemas en español de la Golondrina
17h00 Manifeste poétique par Orfo
17h30 Théâtre : présentation d'extraits de la pièce « Maintenant j'attends que la cage s'ouvre » de la troupe La Condotta
18h30 Théâtre de marionnettes en ombres chinoises & chant, par Juan Carlos Rodriguez Farfan et Aruna
19h00 Concert Kraufaulk par Math and Letters
19h30 Concert Flamenco par David Billière
20h00 Concert Cumbia par La Gota Dulce 
22h00 Fermeture

viernes, 2 de diciembre de 2011

万里の長城

Corre
sus hojas por las manos
llega al fin de la tierra
se detiene
Acaricia sus letras

El viento batalla
Se lo quiere tragar entero

I will tell us
I will tell us how to cross the Line

jueves, 1 de diciembre de 2011

Uses of the Erotic: The Erotic as Power



Audre Lorde
(1934-1992)

Paper delivered at the fourth Berkshire Conference on the History of women, Mount Holyoke College
August 25, 1978