miércoles, 7 de diciembre de 2011

Guardarem lo Larzac!




Un très beau film qui montre les petites gens du sud de la France comme elles sont: la parole au creux des mains. La lutte de ces paysan-nes est un exemple de révélation de soi au travers des années de luttes, d'ingénuité, de partage, d'amour, de solidarité, de détermination...  au travers de ce qui palpite, ce que ma grand mère m'a apprit et que j'appelle l'intelligence du coeur.

Voir ces personnes et la révolution que ça a été dans leur vie que de lutter contre l'extension d'un camps militaire qui menaçait leurs habitations, leurs exploitations, leurs vies de paysan-nes alors qu'ils n'étaient qu'une poignée... et la solidarité...la rencontre de l'étranger puis la naissance de la conscience politique, la construction de cette bergerie à mains nues parce qu'on y croit et qu'il le faut malgré le peu de chance de voir les murs s'élever.
Une goutte d'eau dans l'océan, une goutte d'eau et tout est possible...

Tous au Larzac, blog partenaire du film


ARCHIVES:

Minute 11'26
"Pour le Ministre, pour le Préfet, les choses sont si simples: de l'argent et tout s'arrangera. L'argent, l'argent, ils n'ont que ce mot à la bouche. Ce que nous défendons et que vous défendez avec nous c'est la Vie. C'est la Vie! C'est la Vie! C'est la dignité des Hommes et la Paix. C'est pour cela que nous avons entreprit la construction de la bergerie. Des jeunes et des adultes sont venus bâtir, ils ont sué dur mais c'est pas notre bergerie, c'est celle de tous les paysans du Larzac, c'est celle de vous tous, celle de tous les gens de France ou du Monde qui relèvent la tête et veulent vivre debout. Vous allez repartir chez vous, nous allons continuer la construction, nous sommes nombreux à lutter pour la Vie. Ensemble nous gardons le Larzac.
 GARDAREM LO LARZAC!"

Archives, Tous au Larzac! 1973-74


TOUS AU LARZAC par cinegalerie-imagine94



minute 24'49:

"Partout nous voyons la main mise grandissante de l'Etat centralisateur sur la communauté de base, sur l'individu. La montée des fascismes économiques, politiques, religieux. Le progrès technique incontrôlé, celui qui nous fait accepter n'importe quoi pour assurer notre profit, notre bien-être. Le refus d'accepter l'autre comme un être différent qui peut naître, mourir, se nourrir, s'habiller, aimer, briller de manières différentes.

 Alors que faire? Hein? qu'est ce qu'on fait? Continuons de croire que notre couleur de peau est la plus belle, notre civilisation la meilleure, notre religion la seule vraie... et à la fin, crevons. CREVONS D'ÊTRE TROP RICHES, D'ÊTRE TROP GRAS, D'ÊTRE TROP CONS!!! Ou bien RE-FU-SONS. Refusons d'assoir notre prospérité collective sur le meurtre déguisé de millions d'Hommes. Le moment n'est il pas de considérer le Tiers Monde non pas comme un vaste champ où s'exercera notre charité ou notre sens de la justice mais plutôt comme la seule chance de survie qui reste à notre monde désaxé. Il est temps pour ces peuples de reprendre conscience de leurs propres valeurs."

No hay comentarios:

Publicar un comentario