jueves, 26 de noviembre de 2015

Un voyage sur les eaux du sud est asiatique

Ca fait maintenant trois bonnes semaines qu'on a quitté l'Europe direction la Thailande. Nous sommes actuellement a Siem Reap qui est notre point de chute pour Angkor. Nous nous régalons des temples Khmers dediés a Shiva et aux parents de vieux Rois sortis de fables. Nous voyageons au rythme de l'eau. Je m'en suis appercue hier alors qu'on fetait avec les Cambodgiens la fin de la saison des pluie. Une merveille, un retour a l'enfance et une belle connexion avec la pleine lune. La fete a lieu tous les ans dans le sud est asiatique. On met a l'eau des petites pagodes joliment ornées avec leurs attribut bouddhiques: bougie, encens, fleurs et autres amulettes. On laisse filer l'offrande sur les eaux afin qu'elle emporte avec elle les mauvaises choses et qu'elle nous en raméne de meilleures. En Thailande, la fete s'appelle Loi Khratong. Les Thais remercie l'Éau pour la Vie et lui demandent pardon pour la pollution que lui fait subir notre espéce.

La Chao Prahia de Bangkok nous a accueilli. C'est le fleuve le plus important de la region avec le Mekong. Puis nous avons remonté les rivieres, en train et en bus jusqu'áu nord de la Thailande, faisant escales dans de fabuleux sites archeologiques dÁyutthaya et de Sukkothai jusqu'á Chiang Mai. Fuyant la peste touristque, nous avons survecu aux 1864 virages qui ménent á la superbe bourgade de Mae Hong Son. Lá aussi, un lac, magique, sur lequel veillent deux temples impressionants : Wat chong Klang et Wat Chong Kam.

Nous avons rejoint le Mekong par le pont de l'amitié  qui nous a mené au Laos. Lá, nous avons oublié le temps. Deux fois le jour s'est levé, deux fois il s'est couché. Le fleuve chocolat ondulait sous le soleil, les cris des enfants qui jouaient sur les rives parfois percaient notre torpeur. Des pecheurs, des femmes. Et de temps en temps une halte pour faire profiter du voyage les habitants de ces lieux reculés. Au Laos, la pauvreté. La pauvreté et le tourisme néocolonial qui jouit des anciennes cités habitées par des rois, des francais, des "protectorats". Au Laos la tristesse, de voir que certains shémas ont survecu aux independances, aux libérations. Au Laos, la misére des uns est devenu le spectacle des autres. Un bombardement toutes les 7 minutes pendant 10 ans... God bless America... En survolant cette région merveilleuse, je pense... Comment peut on lacher une bombe sur une chose pareille. Luang Prabang, j'émporte avec moi la lumiere jaune de tes fins d'apres midi. Je te quitte sans regret, j'espere que tu t'en remettras et je te souhaite bonne chance, paix et autonomie.

D'un vol de dragon je te salue  majestueux Mekong et la Terre peu a peu devient éponge, miroir flottant entre les nuages. Je ne sais plus ou est l'envers de l'endroit. Siem Reap tu feux dártifices! Uuuf la chaleur. Heureusement qu'il fait nuit. On dort on se reveille á Angkor Wat. Un reve eveillé ou des sirenes reste en dehors des palais, dansent sur les murs prés des fillettes qui me disent dans tous les accents "one dollard one dollard pliiise".

Les Khmers redonnent souffle a l'Humalité apres le pire vient le meilleur et c'est bon a savoir. Merci les enfants, merci Cambodge. Le soir on s'incline avec toi devant la riviére, devant l'eau, devant Bouddha, devant la vie. Les milliers de lumieres de tous nos souhaits réunis brillent aux visages des gamins qui nagent pour les confiés aux courants. T'es trop beau Cambodge quand tu souris, t'es trop beau...

(désolée le clavier est aussi d'un autre monde)