martes, 24 de enero de 2017

L'injustice de l'exil

La grande découverte de cette escapade se nomme Dany Laferrière. Traversant la jungle de Veracruz et ses richesses luxuriantes, je l'imagine sous le froid polaire de Montréal , ses souvenirs d'enfance brûlant ses paupières endormies

Je revois alors ce gamin sur les rails au milieu de nulle part. Sa peau noire et vulnérable sous le soleil désertique qui mène aux États Unis. Il avait 12 ans tout au plus. Il avait l'air panique et criait aux voitures en tremblant, désespéré :" por favor danme pan!! no tienes agua?" A ce moment là je n'avais rien. Je l'ai cherché au retour avec mon sac de pain. Il avait disparu , on a donné le pain à un autre homme, noir aussi. 

Alors je lis Dany et je pense à Haïti . A ma rencontre avec ce gamin à la croisées des chemins de l'inégalité . A l'injustice de l'exil. Et je sens ce que c'est d'être blanc. Et j'imagine ce que c'est qu'être noir.