miércoles, 31 de diciembre de 2014

Tarahumaras. Entre Riosi y Riablo

Un hermoso documental etnografico de Ana Paula Pintado, un hermoso trabajo de "auto-antropologia".




martes, 30 de diciembre de 2014

Dans la nuit bleue, une lumière dans la pierre. Les étoiles frange du ciel, coiffent le vieux village. Le souffle est court, lumineux, là où la chaleur réside.

Bolivie. Mai 2013


miércoles, 24 de diciembre de 2014

Vivir en Francia sin papeles

Por Denise Alamillo
 A mis amigas y amigos, a mi familia. 


Pareció a propósito. No lo fue.
Por fin luego de una larga espera he recuperado la totalidad de mi respiración que se quedaba estancada en el estómago y no lograba bajar al vientre. 
Les cuento un poco cómo ha sido mi vida, puedo ya romper el silencio.
Hace ocho meses que vivo en Francia. Aunque podría tener gran lógica pensar mi migración como un desplazamiento a consecuencia de la guerra en México la cual me ha tocado vivir muy de cerca durante varios años como Activista social, periodista y mexicana del norte fronterizo. No fue este el caso.
Deje el país siguiendo una aventura de amor y de sanación.
Centro de Monterrey, México; 20 de abril 2014.
No tenía idea de lo que estaba haciendo, mi despedida de amigas y amigos fue un inbox por facebook. Intenté terminar las frutas y semillas que quedaban en la nevera, puse candado a mis dos amadas bicicletas, me acosté un buen rato sobre la cama entre la mantita gris y Sofia (felina que adopté), escribí una nota de amor a mi roomie y cerré la puerta.
Sin dinero, y con una mochila en la espalda salí una madrugada caminando a la central de autobuses y me fui.
Marsella, Francia; 23 de abril 2014.
Descubrí una hermosa ciudad llena de migrantes de diferentes razas, culturas, colores y sabores.
Perdí muchos miedos que tenía por ser latinoamericana, y rompí muchos prejuicios que me había construido como intentos de descolonización intelectual.
Fui recibida con los brazos abiertos y mucho amor por mi anfitriona y su país.

Bretaña, 14 de mayo 2014.
Entre tumbas celtas, música alucinante y paisajes de belleza extrema a los que se acostumbran los ojos, me di cuenta que la guerra no se había quedado en México, la traía conmigo, me asaltaban imágenes, recuerdos, olores terribles. Comenzaban a ser visibles las marcas, me aparecían moretones gigantes de la nada. Y no pude más caminar, era inminente una operación para mi rodilla. Mi compañera me compartió su estabilidad para que no me derrumbara.

Lyon, 13 de junio 2014.
Me casé. Queríamos seguir volando y sabíamos que la sanación era muy importante. Vivimos la boda como la posibilidad de continuar la aventura.
Fue la boda más punk, divertida y emotiva en la que he estado en toda mi vida. La alcaldesa del partido socialista que nos casó no pudo contener su alegría ni sus lágrimas. Concluyó la ceremonia casi con puño en alto gritando ‘La lucha sigue, hay que mostrar este amor’.

París, 11 de julio 2014.
Encontré en París mi ciudad favorita hasta ahora conocida, en un vagón de metro puedes encontrar entre 10 y 15 diferentes nacionalidades entre sus usuarios, si cierras los ojos puedes escuchar múltiples idiomas sin tener la más mínima noción de su procedencia.
El pánico me comenzó a invadir, la rodilla ya no me dejaba caminar más de un kilometro al día y la inmovilidad me llevó a un periodo de introspección muy fuerte, las cuentas pendientes, el aterrizaje.

Marsella, 24 de julio 2014.
Mi primer día como ilegal en Francia. La burocracia francesa no me otorga papeles de residencia sólo por estar casada con una Francesa. Tengo que comprobar 6 meses de vida común, con un alojamiento legal, una cuenta bancaria y facturas de servicios como luz, agua, gas todo a nombre de ambas.
Lo que no te dicen es que no puedes conseguir un contrato de arrendamiento si no tienes tarjeta de residencia, mucho menos una cuenta bancaria y ni hablar de contratar servicios a empresas privadas siendo ilegal.

Tourves, 8 de agosto 2014.
El diagnóstico: Menisco desgarrado y un pedazo de el flotando por toda la rodilla, aumentando o disminuyendo el dolor dependiendo de la posición en la que se coloca. Vivimos en el alojamiento que el trabajo de Emilie le ofrece, viejos comunistas que lo dirigen me adoptan como refugiada.
Vivía con muchísimo miedo, nunca imaginé que el estatus de ‘Ilegal’ provocaba tanto desmadre emocional. Viví el desarraigo, el choque cultural, el temor a ser expulsada en cualquier momento, se generó en la relación de amor una dependencia total de mi parte sin poder caminar, sin papeles y sin hablar el idioma. Un aislamiento de locura acompañado de llantos, dolor, pesadillas, toda una juerga de mis demonios que llevaba a flor de piel.
Presqu’ile de Giens, 2 de septiembre 2014.
Nos mudamos al sur del sur de Francia del lado este. Justo frente a una isla muy turística. Septiembre lo disfruté muchísmo, al lado de la cómplice de vida que me acompaña y apoya en todo (y cuando digo en todo es literal). Pasábamos los días contemplando los amaneceres y atardeceres en el mar, al lado de flamingos rosas y deportistas de kitesurfing. La tranquilidad se terminó el 26 de septiembre, que ocurrió lo de Ayotzinapa.
Octubre fue el mes más oscuro que pasé. Pegada a toda noticia de México, llena de impotencia, de angustia y de rabia. Comenzó un rechazo muy fuerte hacia el idioma Frances, no toleraba escuchar a los vacacionistas quejándose de situaciones que me resultaban banales, instalados en sus privilegios, ignorantes de ellos.

Montbrun les bains, 6 de noviembre 2014.
Siguiente estación: las montañas, vivo en un pueblo mágico (es tan pequeño y particular que ni siquiera tiene número la casa), entre montañas y campos de lavanda.
Una hermosura majestuosa que contrasta con mi estado emocional y de nervios reventados. Son ya muchos meses sin dinero, sin hablar casi con nadie, con subidas de felicidad y de amor en tan bello lugar y sentimiento de culpa y de impotencia ante los ecos que me llegan de México. Un osteópata me ve la postura y me pide que por favor lo deje tocarme, alinearme, aliviar un poco el dolor que mi cuerpo le grita sin palabras.

París, 1o. de diciembre 2014.
Un poco de ciudad, un viaje para evitar la explosión de la bomba. La posibilidad de encontrarme con gente de México que se organiza . El encuentro con un par de amigas de Monterrey.
Gran respiro, dos semanas en el barrio negro, conviviendo en cantinas con Judíos de Túnez que hablaban en contra del gobierno de Israel, Argelinos que decían que en Francia no había racismo, museos, películas, reuniones, fiestas. Una ciudad que se puede disfrutar sin dinero (o con muy poco). De nuevo el ánimo, mi psicoanalista me dijo que tenía que poner los pies sobre Francia y París me permitió hacerlo.
Ya no me siento como huerfanita, estoy en Francia, es mi nuevo territorio y viviré en el de la forma en que se vivir y amar.

Valence, 18 de diciembre 2014.
Luego de cruzar de nuevo la mitad del país para conseguir la traducción de mi acta de nacimiento certificada y 18 horas de recorrido en auto en menos de 72 horas, sin dormir. Estamos en la prefectura de la Drôme (región en la que vivimos). Algunas horas de espera. Me llaman y me entregan un papel media carta que es oficial. Que dice que mi tarjeta de residencia está en tramite.
Que en un periodo de dos a tres meses y gastando casi una decena de cientos de euros entre papeleos, la multa por haberme quedado de ilegal y el costo del trámite, podré tener una tarjeta de residencia por un año, con derecho a la salud y la posibilidad de trabajar. (Se aceptan proposiciones de trabajo a distancia, donativos, prestamos e ideas para generar dinero y pagar mis papeles).
Francia es el país de Europa que más migrantes retiene en sus centros de detención, según cifras de la European Migration Network‘, en 2013 encerraron 45,377 personas. (Cuando el partido socialista había prometido cerrar esos centros de detención). El segundo lugar en Europa lo ocupa España con 9,020 ‘sin papeles’ encerrados en el mismo año.*
El 18 de diciembre del 2014, día internacional de los migrantes, mientras François Hollande habla sobre su iniciativa en manos del congreso francés para dar voto a los extranjeros en las elecciones de alcaldías y Obama anuncia un cambio en la relación entre EU y Cuba, yo oficialmente dejé de ser ilegal.
- See more at: http://www.elbarrioantiguo.com/vivir-en-francia-sin-papeles/#sthash.oTBAyX5s.dpuf

sábado, 20 de diciembre de 2014

Manifeste de la Cimade

Des personnalités rejoignent la Campagne Valeur Ajoutée de La Cimade pour appeler le plus grand nombre à signer la Manifeste de La Cimade contre le rejet de l'étranger et pour en finir avec une société de l'éloignement, où les gens ne se connaissent plus, cohabitent sans se rencontrer, sans se connaître, sans se reconnaître, étrangers les uns aux autres. Pour ne pas laisser le champ libre à la peur et la haine de l'autre, Guy Bedos, Jean-Louis Trintignant, Boris Cyrulnik, Paul Andreu, Clarika, Noëlle Chatelet, François Marthouret, Jean-Jacques Nyssen, Zebda, Bernard Faivre d'Arcier se mobilisent aux côtés de La Cimade.
Réalisation Véronique Linarès / La Cimade; Philippe Roman/



viernes, 19 de diciembre de 2014

Connected Walls

Une grande pensée aujourd'hui, journée internationale des migrants, à toutes ceux et toutes celles qui quittent leurs pays pour vivre leurs rêves dans des conditions difficiles. Une grande prière pour tous les migrants du refuge d'Ixtepec, à tous les couples qui galèrent en préfecture ou derrière des barbelés. Votre courage et vos luttes vous mèneront quelque part. Battez vous pour vos droits, aucun être humain ne devrait vivre dans la peur, dans la violence, dans la misère.

https://www.connectedwalls.com/fr/intro



Connected Walls - Spain/Morocco - Film on topic #LOVE from CONNECTED WALLS on Vimeo.

domingo, 14 de diciembre de 2014

Vacances à Barbès



Le bus 56 s'arrête devant Tatie. Le cinéma Louxor, étrange nouveau décor dans le quartier, est fermé. C'est mercredi. On longe le bout du trottoir en travaux pour nous rendre au restaurant couscous le plus cool de la ciudad. 6 euros le couscous sans viande et un super thé à la menthe offert par la maison. Le proprio est un gar d'une cinquantaine d'années, les dents renouvellés qui aime regarder qui vient chez lui. Insoupçonnable, il a l'air d'un client. "Tenez les filles,  deux yaourts". Le gar en face de nous se balade dans le métro avec un sac de supermarché plein de yaourts qu'il offre aux passants "pour me gagner le paradis, ça me fait des rasénettes".

On tchatche du Mexique, de la France "le meilleur pays du monde" selon le proprio algérien qui a beaucoup voyagé. Il traverse le pays en bagnole parasol et sac de couchage dans le coffre parce qu'il aime la route. "A Dubai, les gens s'ennuient, ils n'y a que l'argent là bas, c'est tout. J'ai acheté un appartement à Alicante avec la crise, franchement, ça ne vaut pas la peine, ici on a tout." Il est aussi allé au Vénézuela et aux Etats Unis. Il n'aime pas l'Amérique parce que le gouvernement laisse les pauvres crever dans la rue.

L'autre me hurle de traduire à Denise :"Dit lui! Dit lui s'il te plait: ici c'est le pays des droits de la femme, si un homme l'embête, elle va à la police et ils l'enferment direct! Et puis qu'elle oublie pas ses parents qui sont restés aux pays, parce que le Paradis tu l'as si tu as bien traité tes parents."

Le couscous est bon et chaud malgré la porte d'entrée qui ne se referme pas.
"A bientôt les filles, sur la route!"

domingo, 7 de diciembre de 2014

L'incroyable Paris. Majeustueuse, prestigieuse et aussi surprenante, métisser. Les juifs séfarades vivent avec les africains, les maghrébins, les pauvres et des p'tits blancs bien cools. Le rythme intense, coloré, chaleureux au coeur des quartiers populaires.

jueves, 27 de noviembre de 2014

miércoles, 26 de noviembre de 2014

Lucien

Les jours s'en vont, la lumière du jour se fait plus courte, chaque jour plus courte, comme la respiration du "Vieux" qui a fini par s'éteindre. Il ne me reste plus qu'à lui porter son bouquet de lavande et d'y jeter sur sa tombe.
Mon père est en suspend devant le corps inanimé du sien. Je sens comme d'un coup, l'enfant qu'il était lui serre la main et qu'en même temps, il s'éloigne.

La grand mère perd l'équilibre devant ce sol qui s'ouvre sous ses pieds déjà trop vieux. Elle est venue à l'enterrement avec ses vieux souliers de supermarché. Elle est venue comme elle va chercher le pain, perdant l'équilibre, les yeux vagues, serrant son col trop court sous l'air de novembre. Elle est venue et elle s'est tenue devant le cerceuil, droite comme un chronomètre de piano, c'est à dire qu'elle titubait légèrement sur ce sol qui tourne désormais trop vite pour elle.

jueves, 23 de octubre de 2014



Quelle douleur la notre ce matin en ouvrant internet. Quelle douleur la nouvelle. Elle est tombée comme le glas sur nos nuques d'activistes, de jeunes femmes en attente. Sur nos deux nuques d'humaines.
 “Le parlement européen soutien le président mexicain et ne suspendra pas l'accord entre l'UE et le Mexique¨, cet assassin qui a tué sa femme, qui a ordonné le viol de 46 femmes a Atenco en 2006 qui luttaient pour garder leurs terres. Pena Nieto qui a reçu la légion d'honneur en France après avoir rendu florence cassez à la France, cette criminelle qui a torturé et terrorisé ses victimes réfugiées maintenant aux USA.

Le seul espoir qu'avait le Mexique était qu'on connaisse l'horreur digne de l’holocauste qui sévit las bas depuis 2006 et que la communauté internationale exige qu'on respecte les Droits Humains. La guerre a jeté des milliers de civils dans des fosses communes jonchant les routes de la drogue se rendant aux Etats Unis.
Le massacre des étudiants a touché a un symbole qui a ému le monde entier. Les migrants et les femmes tout le monde s'en foutait, mais avec les étudiants on avait une chance de rendre visible l’innommable.

Quelle douleur le monde. Ces puissants, ces fascistes, ces faux socialistes et ces mauvais communistes. Quelle douleur l'impuissance et les blessures ouvertes de ceux, de celles que j'aime. Quelle douleur toutes ces mères qui ne retrouveront jamais leurs enfants. Quelle douleur les mots qui commencent a peine a exister pour décrire l’innommable. Quelle douleur l'absence de conscience, de compassion, l'absence d'espoir proche d-un changement humain, profond, qui arrêtera de détruire la vie partout ou elle fleuri. Le Mexique saignera encore puis disparaitra au mains des multinationales gringas, canadiennes, européennes et des autres.  Les punks continuerons de faire la révolution en se poudrant le nez, quels imbéciles.
Mes amis mourront encore aujourd'hui et demain. Personne ne viendra les sauver. Ni Castro, ni Holande, ni Obama, ni Melanchon, ni Madero... que dieu les maudisse.

Et moi ce matin, je prends sa main dans la mienne et j'arrose les fleurs.

jueves, 16 de octubre de 2014

Table ronde d'actualité internationale - Tuerie d'étudiants au Mexique : comment dépasser la violence?

Émission diffusée par France Culture, à écouter ICI à partir de la minute 20.

Rassemblement d'étudiants à la UNAM de México le 18 octobre exigeant le retour en vie des 43 étudiants enlevés par la police municipale et livrés par ces derniers au cartel Guerreros Unidos.

jueves, 9 de octubre de 2014

Mexique: 43 étudiants portés disparus.

"Vous les avez emmenés vivants, rendez les nous vivants"

  Ce sont 43 étudiants de l’Ecole Normale Rurale d’Ayotzinapa qui ont disparu le 26 septembre 2014 après que la police d’Iguala dans l’Etat du Guerrero ait ouvert le feu sur leur autobus. La dernière fois qu’on les a vu, des dizaines étaient embarqués dans des fourgons de police. Six fosses communes contenant 20 corps calcinés plonge le Mexique dans la révolte et l’horreur.



Iguala, Etat du Guerrero, Mexique, le 26 septembre 2014.

Quatre vingt étudiants de l’Ecole Normale Rurale de Ayotzinapa manifestaient contre la réforme de l’enseignement à Iguala. Ils tentaient aussi de récolter des fonds afin de rejoindre le cortège de México qui s’apprêtait à commémorer le 48ème anniversaire du massacre d’étudiants perpétré par le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel de nouveau au pouvoir en ces heures sombres) le 2 octobre 1968 dans la capitale mexicaine où 1500 manifestants n’ont jamais réapparu après les 29 minutes de fusillade incessante de l’armée sur la place Tlatelolco.

Les étudiants de l’Ecole Normale âgés de 16 à 33 ans ont quitté la manifestation en bus. La police leur a coupé la route, trois jeunes sont sortis pour négocier le passage. Le premier est tombé net, une balle dans la tête. La police a mitraillé les bus faisant deux autres morts et 25 blessés. Ils ont ensuite canardé un bus de joueurs de foot locaux faisant trois autres morts.

Des témoins on vu des dizaines d’étudiants se faire embarqués dans des camions de polices fédérale (équivalent de la police nationale) et municipale. 57 étudiants ont été porté disparu, 14 ont réapparu. Le flou médiatique s’est alors installé : « 6 corps de vagabonds ont étés retrouvés calciné »… « le maire a pris la fuite »… »deux membres du narcotraffic avoue avoir tué 17 étudiants »… « une fosse commune contenant plus de 20 corps calcinés a été retrouvée »… »un corps d’étudiants de l’Ecole Normale a été retrouvé mort…sans visage, les yeux arrachés »… « un membre du cartel Guerrero Unido aurait ordonné le massacre »... »les parents attaquent la mairie à coup de coktail molotov ».

L’histoire fait du bruit et dépasse les frontières. 22 policiers municipaux sont arrêtés. Hier au soir, une banderole déployée à Iguala s’adressant directement aux gouvernements fédéral et de l’Etat du Guerrero met en lumière le pire des scénarios :
« Nous exigeons la libération des 22 policiers mis en examen. Nous vous donnons 24 heures pour les relâcher, sinon, attendez vous a en assumez les conséquences. Nous commencerons par divulguer les noms des gens qui nous soutenaient au sein du gouvernement…la guerre a commencé : Guerreros Unidos ». (Guerreros unidos est un cartel de la drogue qui a fait scission avec un des deux plus grands du pays en 2011.)

Le P.R.I. ne peut dès lors plus cacher le travail d’équipe que le gouvernement du Guerrero a mené avec le cartel le plus violent de la zone pour mater le mouvement social des étudiants.

Depuis que Calderon a déclaré la guerre aux cartels de la drogue du Mexique (sauf à celui du Chapo Guzman qui a financé sa campagne), 80 000 Mexicains ont trouvé la mort. Des dizaines de fosses communes voient le jour dans tout le pays. Les enlèvements, le trafic de personnes, les disparitions forcées ont redoublé afin de renflouer les caisses et de financer la guerre des cartels attaqués. La violence s’est décuplée, a pris de nouvelles formes. Des dizaines de milliers de migrants centre américains servent de chair a canon dans cette guerre sans nom, leur transit par le Mexique vers la terre promise est devenue la plus dangereuse route du monde (une moyenne de 20 000 disparus tous les 6 mois depuis le début de la guerre, selon la Commission pour les Droits de l’Homme au Mexique. Le visage de cette guerre est similaire à celui de l’holocauste.

Même le langage n’a pas imaginé de mots pour décrire une telle situation d’horreur, de violence, d’impunité, de pourrissement de toutes les sphères de l’Etat et de la société. La population mexicaine est prise en otage depuis maintenant 8 ans sans que la communauté internationale ne lève le petit doigt. La situation est devenue insupportable et a atteint un point de non retour.
Des centaines de milliers de morts de tous bords restent sans sépultures, les plus hautes sphères de l’Etat sont impliquées dans des massacres de masses et travaillent main dans la main avec des bourreaux qui sont prêts à tout pour passer de la drogue aux Etats-Unis, qui profite d’une telle situation pour piller davantage une terre qui recèle toutes les richesses (pétrole, uranium etc…)
Comment faire ? Que dire ? Le silence est la pire des insultes non ?

Lien : Pétition pour que la découverte de trois fosses communes de migrants découvertes dans le nord du Mexique soit soumise à enquête :https://secure.avaaz.org/es/petition/Lic_Jesus_Murillo_Karam_Procurador_General_de_la_Republica_Desclasifique_investigaciones_de_masacres_de_personas_migrant/?nxWlrib

Sources :
http://www.jornada.unam.mx/2014/09/30/opinion/021a2pol
http://desinformemonos.org/2014/10/la-masacre-de-normalistas-es-un-mensaje-de-estado-padre-solalinde/
http://www.sinembargo.mx/06-10-2014/1135988
http://www2.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB201/index2.htm
http://www.redpolitica.mx/estados/quienes-son-los-guerreros-unidos-presuntos-agresores-de-estudiantes
http://www.maspormas.com/opinion/columnas/las-causas-de-la-masacre-de-iguala-por-diegoeosorno
http://cencos.wordpress.com/2013/11/29/inicia-ix-caravana-de-madres-centroamericanas-buscando-a-sus-hijos-desaparecidos-en-transito-por-mexico/
http://www.monde-diplomatique.fr/2014/03/MILL_ACKERMAN/50153

viernes, 22 de agosto de 2014

covoiturage-libre.fr, le site de covoiturage libre et gratuit en France

"On ne le dira jamais suffisamment : un grand MERCI pour vos messages de soutien, vos remarques et vos dons !

L'association va progressivement reprendre la place qu'elle aurait toujours du avoir, mais malheureusement, nous n'avons pas pu (ni voulu d'ailleurs) lever les 100 millions de $ sur lesquels nous comptions !

Donc nous allons avoir besoin de vous pour renforcer la communauté ! Publiez des trajets SUR LE SITE (et non FB), essayez de placer au moins une fois par jour le mot "Covoiturage-Libre" dans une conversation, parlez-en à vos amis, votre famille, vos collègues (nous acceptons les dons d'entreprises), faites des dons réguliers ou ponctuels, le prix d'une bière ou d'une Rolex, pour nous c'est le geste qui compte. Fini les multiples pages FB, devenez un Covoitureur-Libre !

Quelques brefs petits points que nous aimerions éclaircir :

- Nous ne sommes PAS une entreprise, nous ne générons ni ne fructifions ne serait-ce qu'un seul €.
- Nous ne cautionnons pas la marchandisation du sexe
- Nous nous plions aux lois françaises
- L'organisation interne de l'association est en cours de restructuration complète
- La restructuration du site-web est en cours
- Nos utilisateurs sont libres des tarifs qu'ils demandent, parfois certains demandent juste qu'on leur paye le café sur l'air d'autoroute !
- Pensons ensemble out-of-the-box, "sécurité" ne rime en aucun cas avec paiement par CB, inscription obligatoire et évaluation mais avec prise de contact clair en amont du trajet et ouverture d'esprit!
- Nous ne vendons rien, nous n'achetons rien.
- Nous n'avons aucun salarié, nous ne sommes que des bénévoles, et nous recherchons à ce jour que des bénévoles.
Merci à tous ceux qui cherchent à monter des partenariats avec l'association. Nous gardons certains mails précieusement dans notre boite à gants, les autres sont déjà dans le composte.

A bientôt."

miércoles, 20 de agosto de 2014

Los medios cobran por no informar





Sup Galeano antiguo Sub Comandante Marcos


 "Los medios de paga han presentado algo que es maravilloso dentro del capitalismo, porque es de las pocas veces donde vemos que el capitalismo convierte en mercancía la no producción. Se supone que el trabajo de los medios de comunicación es producir información, circularla de modo que se consuma para sus distintos públicos o receptores, y el capitalismo ha conseguido que los medios cobren por no producir, es decir, por no informar." 

"Les médias marchands ont présenté quelque chose de merveilleux au sein du capitalisme, parce que c'est une des rares fois où on voit que le capitalisme rend marchandise la non-production. On suppose que le travail des médias est de produire de l'information, la diffuser de façon à ce qu'elle soit consommée par ses différents publics ou récepteurs; et le capitalisme a réussi quelque chose de nouveau : que les médias soient payés pour ne pas produire, c'est à dire, pour ne pas informer."

Sup Galeano antiguo Sub Comandante Marcos 


SupGaleano

viernes, 15 de agosto de 2014

"Par amour ou pour les papiers?"

Et oui, on l'a fait! Denise et moi nous sommes mariées le 13 juin 2014 en France, à Lyon. ça a été rapide, le temps d'un enlacement dans un hôtel de Marseille, près de Saint Charles, alors que Denise venait d'atterrir de quatre jours voyages hors du temps entre les aéroport de Houston, Istambul et Marseille. Quitter le Mexique en pleine semaine sainte n'est pas une maigre affaire.
"Je crois qu'il va falloir que tu te maries". Ça s'est passé comme ça, j'ai souri.ça faisait trois semaines que je l'attendais, en plein jet lag, la peur au ventre qu'elle n'arrive pas.
J'ai quitté México et la chambre 72 de l'hôtel Conde comme on prend un bus de ville, s'en m'en rendre compte. Elle m'a accompagné tremblante à l'aèroport, elle, se rendait compte que je rentrait "chez moi". Là bas, à 10 000, là où on ne me demanderait rien à l'aéroport et où on m'attendrait les bras ouverts.
J'ai quand même pris des billets allés retour pour elle avant de monter dans l'avion. Il n'en était pas possible autrement.

Arrivée en Europe, les choses avaient peu change, mais moi, j'étais amoureuse. Un mail un matin, d'elle: "Pour venir en France, il me faut une carte d'invitation, ça n'est pas aussi simple, regarde". J'ai ouvert le lien officiel des amoureux qui essaient de se rejoindre par les airs parce que le coeur leur chante. L'administration françaises m'a vite fait comprendre que je n'avais pas les moyens d'accueillir Denise: trois derniers bulletins de salaire, quittance de loyer ou acte de propriété... des termes avec lesquels je n'ai jamais vraiment cohabité.

Heureusement ma mère travaillait toujours en CDI et finissait de payer son appartement donc elle avait tous les justificatifs nécessaires à nos retrouvailles. On est tombées sur une fonctionnaire compréhensive à la mairie du 7ème. 35€ de timbres fiscaux, une attestation d'hébergement, une assurance pour les étrangers et un virement bancaire de mon compte au sien et le tour était joué. En fait on ne s'est jamais quittées.
Dernier mail avant le départ de Denise de Monterrey. C'est la semaine sainte au Mexique et le traffic est bloqué entre le nord du Mexique et les Etats Unis d'où elle doit prendre son avion, on ne sait pas si elle va pouvoir passé, en plus, dans l'émotion du départ, elle a perdu sa carte de crédit!

Ma gorge se serre, une angoisse acide me monte à la gorge.

On n'y avait pas pensé tout de suite. Le mariage, pour deux féministes comme nous, c'était vraiment pas un but dans nos vie. Par contre, l'égalité des droits et la libre circulation, ça nous parlait beaucoup plus. Moi, je suivait le vent depuis deux ans, parcourant l'Amérique latine, je me remettait d'échecs amoureux, l'Europe m'avait déçue, j'ai quitté l'Espagne en pleine crise et j'ai cherché partout un monde plus... vivant. Denise a passé les dernières années a militer avec des familles de disparu.es. Elle a survécu, aussi. Puis est né "el barrio antiguo", journal indépendant qu'elle a fondé avec Diego Ossorno. 20 000 lecteurs par mois, aucune subvention et un des 5 journaux indépendant nominé pour un prix de journalisme à renommé internationale.

  Moi j'ai repris la route, encore une fois, retour au Mexique avec ma guitare d'enfant à la main et j'ai toqué aux portes des refuges de femmes, des refuges de migrants, des orphelinats... et j'ai lu Benedetti "Défendre la Joie comme une tranchée"à pleins poumons,  j'ai chanté.Devant les mères de disparus à Tapachula, avec le père Solalinde dans le plus grand centre de migrants d'Amérique centrale à Ixtepec, dans le vent chaud du sud, sec. J'ai vu la belle lumière qui se couchait depuis la terrasse d'Alejandro, alors que je l'interviewait, derrière les barbelés. Je me suis disputée avec mon acolyte, hautaine, parisienne, choquée, chocante, insupportable. J'ai poursuivi seule et j'ai fait des rencontres merveilleuses. Denise en est une. J'avais froid et mal au ventre. La plus grande vague de froid qu'à connu México depuis 40 ans. J'étais venue chercher mon visa pour Cuba où je devais rejoindre mon père. Elle m'a fasciné tout de suite, avec ses cheveux arc en ciel. J'ai eu envie d'être près d'elle et j'ai su que c'était important même si je n'imaginais pas qu'elle allait devenir "mon épouse".


J'ai compris qu'on se mariait quand j'ai vu mon père me prendre en photo "click click click" et puis tout le monde s'y est mis. Évidemment on n'avait rien prévu, on était sur le parking de la mairie , place Jean Macé à Lyon, on attendait les témoins, on leur gardaient une place (les deux plus grandes punks de la ville, qui s'ignorent en plus!) et heureusement Kenza "je veux être sur toutes les photos!" En rose bonbon, petit retour à la réalité. La veille on avait fait le tour des fringues à Notre Dame des Sans Abris voir si on trouvait pas  des fringues convenables pour la mairie. J'ai posé deux conditions à ce mariage: je voulais un grande bringue et, que Denise rentre pas à la mairie avec ses bottes défoncées qu'elle n'ôte que pour dormir.

On a fait l'amour toute la matinée dans l'ancienne chambre de mon frère, ma mère toquait à la porte, anxieuse au possible, nous, on s'en foutait :"Vous vous mariez dans trois heures". On a acheté des fleurs au marché du coin de la rue pour nous les mettre dans les cheveux et nous distinguer des invités.

Comment est ce que j'allais construire quelque chose avec quelq'une si eklle n'avait pas les mêmes droits que moi? On ne pouvais imaginer qu'un jour l’État ou une date sur son passeport puisse nous imposer un mouvement, un départ, une séparation. En fait, décider de se marier pour nous, ça signifie pouvoir être libres de vivre cette grande histoire d'amour. Alors bien sûr j'ai eu le vertige, la paperasse, les justificatifs de domiciles... comment vous expliquer... puis petit à petit ça s'est mis en place. Les gens autour de nous nous ont appuyer, la date du mariage approchait et ils, elles nous exprimaient toutes sortent de sentiments superbes que ça leur révélait. Nous on se rendait pas trop compte. On nous questionnait "c'est pour l'amour ou pour les papiers"?. En fait, c'est tout à la fois, c'est parce qu'on s'aime et que le monde est divisé entre privilégié.es et les autres qu'on a pris cette décision sans trop y réfléchir plus que ça. ça a juste permis à notre histoire d'exister.

C'est l'adjointe au Maire, Valérie G. qui nous amis les points sur les "i" en pleine cérémonie. Emue, militante, elle nous a accueillies dans notre nouvelle citoyenneté. "Montrez le, la lutte continue!". Nous on flottait sur notre nuage d'amour, dans mes bras, Denise et le public derrière qu'on a oublié un instant, qui pleurait au

jueves, 7 de agosto de 2014

Seul

Seul
Face au vaste monde
Que j'aime immodérément
Plus que jamais
Je reprends mon sac
Mes valises
Mes frasques
Répétant :
" je ne me rendrai pas"
Et je constate :
" je ne me rends pas"

Copyright dominique ottavi

La Famille

Elle les regardait tous bouffer la soupe froide, avec leurs yeux bovins contre son cœur d'enfant qui avait mal du souvenir de la lumière au poignet de sa grand mère,
Au temps des cerises

Qu'ils étaient tristes

lunes, 21 de julio de 2014

Mon indignation à propos de la Palestine

Stephen Hessel (1917-2013)





  "Aujourd'hui, ma principale indignation concerne la Palestine, la bande de Gaza, la Cisjordanie. Ce conflit est la source même d'une indignation. Il faut absolument lire le rapport Richard Goldstone de septembre 2009 sur Gaza, dans lequel ce juge sud-africain, juif, qui se dit même sioniste, accuse l'armée israélienne d'avoir commis des « actes assimilables à des crimes de guerre et peut-­être, dans certaines circonstances, à des crimes contre l'humanité » pendant son opération "Plomb durci" qui a duré trois semaines. Je suis moi-même retourné à Gaza, en 2009, où j'ai pu entrer avec ma femme grâce à nos passeports diplomatiques afin d'étudier de visu ce que ce rapport disait. Les gens qui nous accompagnaient n'ont pas été autorisés à pénétrer dans la bande de Gaza. Là et en Cisjordanie. Nous avons aussi visité les camps de réfugiés palestiniens mis en place dès 1948 par l'agence des Nations unies, l'UNRWA, où plus de trois millions de Palestiniens chassés de leurs terres par Israël attendent un retour de plus en plus problématique. Quant à Gaza, c'est une prison à ciel ouvert pour un million et demi de Palestiniens. Une prison où ils s'organisent pour survivre. Plus encore que les destructions matérielles comme celle de l'hôpital du Croissant rouge par "Plomb durci", c'est le comportement des Gazaouis, leur patriotisme, leur amour de la mer et des plages, leur constante préoccupation du bien-être de leurs enfants, innombrables et rieurs, qui hantent notre mémoire. Nous avons été impressionnés par leur ingénieuse manière de faire face à toutes les pénuries qui leur sont imposées. Nous les avons vu confectionner des briques faute de ciment pour reconstruire les milliers de maisons détruites par les chars.

  On nous a confirmé qu'il y avait eu mille quatre cents morts - femmes, enfants, vieillards inclus dans le camp palestinien - au cours de cette opération "Plomb durci" menée par l'armée israélienne, contre seulement cinquante blessés côté israélien. Je partage les conclusions du juge sud-africain. Que des Juifs puissent perpétrer eux-mêmes des crimes de guerre, c'est insupportable. Hélas, l'histoire donne peu d'exemples de peuples qui tirent les leçons de leur propre histoire.

  Je sais, le Hamas qui avait gagné les dernières élections législatives n'a pas pu éviter que des rockets soient envoyées sur les villes israéliennes en réponse à la situation d'isolement et de blocus dans laquelle se trouvent les Gazaouis. Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable, mais il faut reconnaître que lorsque l'on est occupé avec des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres, la réaction populaire ne peut pas être que non-violente.

  Est-ce que ça sert le Hamas d'envoyer des rockets sur la ville de Sdérot ? La réponse est non. Ça ne sert pas sa cause, mais on peut expliquer ce geste par l'exas­pération des Gazaouis. Dans la notion d'exaspération, il faut comprendre la violence comme une regrettable conclusion de situations inacceptables pour ceux qui les subissent. Alors, on peut se dire que le terrorisme est une forme d'exaspération. Et que cette exaspération est un terme négatif. Il ne faudrait pas ex-aspérer, il faudrait es-pérer. L'exaspération est un déni de l'espoir. Elle est compréhensible, je dirais presque qu'elle est naturelle, mais pour autant elle n'est pas acceptable. Parce qu'elle ne permet pas d'obtenir les résultats que peut éventuel­lement produire l'espérance."

 Stephen Hessel, Indignez vous!, Editions Indigène, 2010

lunes, 19 de mayo de 2014

En España, se hace la cola

Madrid. 2014

Una chica anda con su novio por la misma acera que nosotras. Hay mucha gente cerca del Museo Reina Sofía y batallo para no perder la mano de Denise. La pareja nos cruza de muy cerca, el rostro de la chica se deforma, tiene cara de azco, entre sus dientes un silbido: "¡¡¡que feo!!!". Los ojos de mi compañera salen de sus órbitas, tiene cara de espanto: "¡que feo me ha mirado esta mujer!". A veces, no me gusta entender lo que succede.

Plaza de la Cebada, La Latina
El 15M cumple tres años. Una pareja distribuye panfletos y charpas. Son cinquentones, el rostro marcado, sonrientes. "De donde son? Aaa! de México! Yo tengo familia en México, en Puebla". Denise saca foto para El Barrio Antiguo, platicamos un rato y nos despedimos. La plaza es hermosa. Totalmente habitada por lo que queda de los indignados y el arte callejero. Silvia Federicci habla en una asemblea sobre la política y la comunidad. El sonido es muy malo, el sol muy fuerte, el hormigón recien asombrado testiga del calor del dia. Un hombre sentado con su hijo mira sus zapatos, en su brazo, un viejo tatuaje escrito con caligrafía de maestra:
 "Libertad"


Carabanchel
La muestra Marrana fue un èxito. La fiesta a la cual no pudimos llegar se terminó y chicxs con crestas y vestidos de colores toman cañas a la sombra de una terraza del barrio obrero. Los españoles domingueros miran sus pupillas dilatadas alucinadxs. Sus cortes y ropas de mal gusto nos ofrecen un contraste drástico. Llega María, fluorescente, indescente y hermosisima. Las miradas se hacen mas fuertes y evidentse hacia su presencia sin que la alteren lo mas mínimo. Nos reimos mucho.


Parada del 34
Los supoters del partido de futbol tomaron la ciudad desde ayer. Estan eufóricos y numerosos. El primer autobus esta lleno y no se para. Decidimos acercarnos a la puerta para poder entrar en cuanto se presente otra ocasión. Hablamos y disfrutamos la noche amorosamente esperando al autobus. Llega con mucha velocidad  y se para frente a nosotras. Una señora me bloca el pasaje con una banderita del partido diciendome con voz de maestra que pasan ellos primeros. Me niego a obedecerle e intento subirme. Una masa extrañamente hóstil se acerca de mi cuerpo, siento sus uñas y su odio. Defiendo mi espacio sitiendo que mis getsos se hacen mas grandes y decididos. La mano de Denise me retira suavemente del conflicto. Tiemblo y mi voz grita, insultando de fascistas y subnormales a esas amas de casas decididas a partirme la cara.

"En España, se hace la cola"

Se cierran las puertas del autobus.

domingo, 20 de abril de 2014

sábado, 19 de abril de 2014

La police creue mes paupières, l buée pose les vitres sur ma mémoire efficlochée. Les saisons changent et tu est là, tapie au creux de mes mains. Tu souris et la fatigue m'emporte

jueves, 17 de abril de 2014

Tans pis comme tu dis

il fait froid sous le soleil, sa gorge se serre de savoir que tu te balades fleur au dents entre les bombes et que je suis loin je suis loin avec toute cette paix a ne savoir qu-en faire que des fautes de syntaxes, etre toujours decalee et contente oui contente meme si jai peur du noir, du soir, encore
meme si je pleure comme une enfant qui parfois ne reconnait plus son monde et pourtant les mots fusent et sauvent la vie qui crepitte entre les tuiles des temps qui passent
je t-aime toi et toi et toi et je supporte plus le non sens dun monde a la derive ou toi et toi et moi on se fait des radeaux de fortune en tressant nos plumes entre les vagues
les vagues qui nous aime pourtant
en grondant en souriant en nous arrachant du sol
je me noie dans l-encre et les bateaux s-en vont vers toi que j-entends par bribes et qui me manque
fleur au dent chapeau poitu plume au cul turlututu

viens viens dépêche toi

j-ai quatre ans quand tout meffraie et quand je peux juste courir et courir dans ma tete et pleurer et pleurer dans ma gorge
jai trente ans ce soir
et la peur de ta mort suspend mon vol
alors je ne respecte plus les doubles r et je cours et je cours

et je cours

viernes, 11 de abril de 2014

Marseille

Les roms dansent avec les noirs à côté de la mairie bleu blanc rouge, les blancs dansent avec eux, la lumière tombe et c'est magnifique!

lunes, 7 de abril de 2014

Ayahuasca

"j'ai vomi quand j'ai vu ma noirceur et j'ai pleuré quand j'ai vu la lumière"


viernes, 4 de abril de 2014

Denise



Écrire l'amour. Y revenir, un "oui" accroché aux lèvres des libellules. Il fait froid et je ris. Je ris de l'ouverture et de l'envie profonde, là, sur mon coeur. Je n'ai plus peur. Tu es là, bien installée, pour aujourd'hui et pour demain. Je t'aime.



miércoles, 19 de marzo de 2014

Flavie Van Der Stigghel expose du 24 mai au 3 juillet

Préparation de l'exposition de Flavie Van Der Stigghel qui aura lieu du 24 mai au 3 juillet 2014 à la Galerie de l'Ancienne Poste de Toucy.

-FLAVIE VAN DER STIGGHEL- from LAURENE BOSC on Vimeo.

 Flavie Van Der Stigghel sera également en résidence dans l'Atelier Serra du 5 septembre au 15 octobre 2014 dans le cadre de "Septembre de la Céramique et du Verre" aux Baux de Provence.

martes, 18 de marzo de 2014

Monterrey by night

El encuentro improbable y lleno de posibilidades entre feministas anarkas bolivianas y banda queer post guerra del narco regia. La noche, la música, las maricas, las bolleras santa muerte y lxs trans. La noche y la música estridente. Shakira y Pedro infante remixarizado. Bailamos y tu falda de niña rosa prende fuego bajo mis manos de güera hambriente y desubicada.
Monterrey. Hueles a cucaracha despues del zyklon b, hueles a cumbia maricona y chispas rrequemadas. Las calles gringas del sur y los coches gigantes.
Escucho los relatos de guerra entre risas y agarro la mesa cuando el vertigo dice que mis tripas son europeas. Huelo, respiro las luces amarillas chillantes de la cantina antigüa del barrio que me acuerda las oscuridades del mio. Te agarro, bailame la cumbia, la bachata y el pinche narcorrido pues que le agarre la onda wey!

lunes, 17 de marzo de 2014

Monterrey

El norte de México. Monterrey y su gente maravillosa. Tu sonrisa huraca colorido sobre mi cuerpo. Los sueños como baricadas bolivianas crecientes en tu terraza. Je vous ecoute parler de la guerre en riant quand les horreurs entre les sourires me foutent un vertige pas possible,
comme je vous admire, comme vous êtes beaux.

jueves, 13 de marzo de 2014

Sierra Madre

Huixoles. Viento. Sol y altura. Los corazones abiertos.

sábado, 8 de marzo de 2014

petit déjeuner

Le matin et le nectar de la goyave, la pulpe de la papaye, le sourire de l-ananas. Les bougainvilliers, les discussions amoureuses, ébourriffées.

jueves, 6 de marzo de 2014

¿Dime tu que es esto y porque?


On appelle ca "la guerre". C-est quelque chose que le langage n-a pas encore conçu. La "guerre du narco" au Mexique, c-est quelque chose qu-on ne comprend pas. Les disparu.es donnent lieu a une infinité d-imaginaires plus gore les uns que les autres. Entre les feminicides, les disparitions de migrant.s et celles de mexicain.es, on ne comprend pas. On ne comprend pas l-indicible. Un membre de l-organisation paramilitaire armée zeta raconte qu-ils decoupent les corps et qu-ils les brulent dans de l-acide dans des bidons, ils font ca dans des camps. La 'guerre du narco" mexicaine en verité c-est comme decouvrir auswitsch. Les femmes violées par milliers par des dizaines de mecs qui ne bandent meme plus parce que c-est leur boulot, les migrants qu-on enferme dans des caves pour des rançons, ceux qui doivent passer la frontiere avec de la drogue en plein champs de bataille pour peut etre y arriver, les corps sans tete dans les poubelles, les fosses communes...

J-écoute tout ça depuis des mois. J-écoute comme elles me racontent tout ça entre deux lattes d-herbe, entre deux cafés, j-ecoute les armes, les hommes, les coups de feux dans leurs bouches. J-ecoute comme elles survivent, comme elles rient, comme elles aiment. J-ecoute tout ça et je ne comprends pas comment c-est possible et pourquoi ça arrive. Pourquoi on arrette ton bus, on tue tous les hommes qui s-y trouvent, on viole les femmes jusqu-a ce qu-elles s-evanouissent et on les jette dans le desert comme des paquets de merde. Je comprends pas. Hier, Denise m-a dit qu-il fallait decrire et arreter de me morfondre en incompréhension. "Décrire, écrire, c-est déja enorme."

Alors ce matin je me reveille a ses cotés, je caresse son corps si doux que la mort et l-horreur des hommes n-ont pa reussi a arracher de ce monde et je souris. Je souris parce qu-elle est la, dans mes bras, et qu-elle sourit aussi. Je souris parce ce matin Yakiri, une jeune fille de mexico qui a survecu a un enlevement et reussi a tuer son violeur quand il essayait de lui quitter la vie est libre. Elle est libre apres avoir passé Deux mois de taule pour excés de legitime defense parce que les connards qui l-ont enleve et violé travaillaient pour la police federale du ditrict federal de Mexico et qu-une lesbienne qui plante un couteau de cuisine dans la gorge d-un enfoiré pareil, ils n-ont pas l-habitude. Je souris parce que la lumiere est merveilleuse et que la survivance aussi.

Cette guerre d-interet, de territoire, c-est l-apocalypse du capitalisme dans ce qu-on a appele le tiers monde. C-est la marchandisation des corps dans son horreur la plus abjecte, c-est la prise en otage d-un peuple qui doit tisser la vie et survivre chaque jour entre toute cette merde sans que ca n-ait jamais d-autre sens que celui de l-incomprehensible. Hier, Alicia qui a vécu dans sa maison alors que dehors ils se sont tiré dessus pendant 4 mois demande a Denise, Dit moi toi ce que cest et pourquoi cest comme ca?

C-est une guerre qui ne ressemble a aucune guerre, c-est une dictature qui ne ressemble a aucune dictature, c-est une impunité qu-on a peut etre jamais vu, c-est auswitsch qui danse avec mc do, les bordels de frontieres, les banques d-organes et des violeurs en uniformes qui portent des armes made in usa. C-est un putain d-enfer au milieu des oiseaux ou la vie palpite pourtant avec une bienveillance hors du commun. C-est des filles qui se reconstruisent et qui recommancent la vie le coeur en avant, la soif dans es yeux, la soif du meilleur.

Yakiri et ses parents hier soir devant le penal de Mexico.

miércoles, 5 de marzo de 2014

Le Mexique privatise son pétrole

 par John Mill Ackerman, mars 2014 
Le Monde diplomatique.

Le 20 décembre 2013, le Mexique a fait un bond de soixante-seize ans dans le temps quand le président Enrique Peña Nieto a annoncé une réforme constitutionnelle remettant le contrôle de l’industrie pétrolière aux mains des mêmes multinationales qui en avaient été écartées par le père de l’Etat moderne mexicain, le président Lázaro Cárdenas, en 1938. Cela faisait trois décennies que la clique de politiciens néolibéraux qui gouverne le pays échouait dans sa tentative de démanteler le monopole d’Etat de Petróleos Mexicanos (Pemex) et de privatiser la rente pétrolière. Mais en décembre dernier, presque sans aucun débat et comme un coup de tonnerre, il leur a fallu moins de deux semaines pour rassembler les votes nécessaires et accomplir cette transformation historique de la constitution mexicaine (lire « Echec et mat pour la gauche mexicaine »).

Avant la réforme, l’industrie pétrolière mexicaine était l’une des plus « nationales » du monde. Elle contenait une stricte interdiction constitutionnelle contre toute forme de contrat ou de concession accordée au secteur privé lui attribuant un contrôle direct ou des droits de propriété sur l’une des étapes de l’extraction, du raffinage ou de la commercialisation du pétrole. Avec les réformes des articles 25, 27 et 28 de la constitution mexicaine de 1917, Pemex se voit reconvertie en simple sous-traitant du ministère de l’énergie. Le président pourra décider, après appel d’offres mais sans aucune intervention du pouvoir législatif, de la répartition des différents gisements pétrolifères entre les entreprises intéressées. La réforme ouvre également la porte à l’expansion massive de la fracturation hydraulique, ou fracking, sur l’ensemble du territoire mexicain pour l’extraction du pétrole et du gaz naturel.

Le Washington Post a immédiatement salué ces réformes avec émotion :« Alors que l’économie du Venezuela implose et que la croissance du Brésil stagne, le Mexique est en train de devenir le producteur de pétrole latino-américain à surveiller — et un modèle de la façon dont la démocratie peut aider un pays en développement » (éditorial du 16 décembre 2013). Le Financial Times a également applaudi « le vote historique du Mexique en faveur de l’ouverture de son secteur pétrolier et gazier aux investissements privés, après soixante-quinze ans de soumission au joug de l’Etat, (...) un joli coup politique de la part d’Enrique Peña Nieto » (15 décembre 2013). La revue Forbes, quant à elle, promettait : M. Peña Nieto « restera dans les livres d’histoire » (18 novembre 2013).

Ceux qui défendent les modifications de la constitution postulent que Pemex est devenue une entreprise inefficace et corrompue, incapable de tirer avantage des énormes réserves de pétrole et de gaz naturel du pays : approximativement 30 milliards de barils de pétrole et 46 450 milliards de mètres cube de gaz naturel (seul l’Arctique détiendrait de plus grandes réserves de pétrole brut inexplorées). Alors que la production du pétrole au Mexique a fondu ces dernières années d’un pic de 3,3 millions de barils par jour en 2004 à seulement 2,5 millions actuellement, les auteurs de la réforme promettent qu’elle permettra de la porter à 4 millions de barils par jour à l’horizon 2025.

Il n’existe toutefois aucune garantie que l’entrée en scène des multinationales dope la production. La priorité de ces entreprises n’est pas l’exploitation directe du pétrole, mais le contrôle des nouvelles réserves afin de soutenir leur cote en bourse. Est-ce vraiment un hasard si l’un des articles de la réforme énergétique précise que bien que le pétrole mexicain restera « propriété de la nation », les entreprises privées qui bénéficieront de nouvelles licences « pourront reporter dans leur comptabilité et leur bilan l’allocation ou le contrat ainsi que les bénéfices attendus » ?

Ces « bénéfices » pourraient bien ne jamais se matérialiser. Le cas de Repsol en Argentine est un excellent exemple de contraction de la production, dans un contexte de privatisation (1). En avril 2012 le gouvernement de Cristina Fernández de Kirchner a même décidé de nationaliser l’entreprise en réponse à ce qu’elle considérait comme une politique délibérée « de saccage » et « d’improductivité » (2). Les menaces des sociétés pétrolières de ralentir leur production motivèrent également l’expropriation décidée par Cárdenas au Mexique, en 1938.

L’enthousiasme de la presse contraste avec le scepticisme des Mexicains, nourri par une longue expérience des privatisations au cours des deux dernières décennies. Le principal résultat de cet épisode ? L’enrichissement d’une poignée de familles qui forment aujourd’hui une oligarchie prédatrice et corrompue, contrôlant tous les aspects de la vie politique et économique du pays (3). Sans surprise, toutes les études d’opinion suggèrent qu’une grande majorité de la population rejette la privatisation de l’industrie pétrolière (4).

Pourquoi imaginer que le nouveau spasme privatisateur se distingue du précédent ? Après tout, M. Peña Nieto doit sa carrière politique à son mentor, l’ex-président Carlos Salinas de Gortari (1988-1994), responsable de la plus grande partie des privatisations antérieures. Les deux hommes sont membres du très ancien Parti Révolutionnaire institutionnel (PRI), qui a gouverné le pays pendant soixante et onze ans et qui demeure le plus corrompu du pays.
Mais la privatisation présente également un autre danger : celui d’une importante crise budgétaire. A l’heure actuelle, Pemex fournit un tiers de son budget à l’Etat fédéral. Le gouvernement compensera-t-il le manque à gagner par une hausse de la fiscalité sur des entreprises aussi puissantes qu’Exxon-Mobil, Shell ou Chevron ? Les doutes s’avèrent fondés : quelques jours après que la réforme pétrolière a été annoncée, M. Peña Nieto s’est plié aux pressions des grandes entreprises en signant un décret les exemptant d’une série de nouveaux impôts approuvés à peine deux mois auparavant.

Et si le gouvernement mexicain ne peut pas, ou ne veut pas récolter les impôts nécessaires, il sera bien moins en mesure d’éviter les graves atteintes à l’environnement qui accompagnent inévitablement l’expansion de l’extraction pétrolière — un danger particulièrement important lorsqu’on utilise la technique du fracking. En France, le Conseil constitutionnel a récemment avalisé la loi du 13 juillet 2011 qui interdit précisément l’utilisation de cette technique en raisons des dangers environnementaux qu’elle présente. Au Mexique, le Congrès et la Cour suprême de justice auraient difficilement assez de poids pour résister aux pressions des entreprises pétrolières et prendre une telle mesure. L’impunité dont jouissent les entreprises minières canadiennes sur le sol mexicain n’est qu’une illustration supplémentaire de la vague de destruction environnementale que pourraient entraîner les nouvelles réformes pétrolières.

Face au rejet de la réforme par la population, le gouvernement se réfugie derrière la « grande coalition » politique dont le président s’est armé pendant la première année de son mandat : le « Pacte pour le Mexique », qui a réuni à la table de négociation les dirigeants des trois principaux partis politiques en vue d’un accord sur un agenda législatif commun.
Succès indéniable dans la mesure où il a atténué les conflits entre les membres de la vieille classe politique qui gouverne le pays depuis trois décennies, le Pacte a simultanément approfondi le fossé entre le monde politique et la société. L’enquête annuelle Latinobarómetro révélait en 2013 que seuls 21 % des Mexicains s’estimaient « satisfaits » de leur démocratie : le pire résultat de la région latino-américaine. L’hebdomadaire The Economist anticipe même un soulèvement social au cours des prochaines années. Il a inclus le Mexique dans sa liste des soixante cinq pays du monde présentant les plus hautes probabilités de « rébellion » au cours de l’année 2014 (5).

Paradoxalement, ce mécontentement généralisé pourrait être l’acteur le plus important à l’heure d’impulser un développement durable dans le pays. Ce dont le Mexique a besoin aujourd’hui n’est pas d’accueillir et de mener à ses conséquences ultimes l’ancien modèle de privatisation, mais bien de construire un mouvement social d’opposition fort capable de défendre l’intérêt et les institutions publics à l’heure où les entreprises pétrolières se rapprochent pour profiter des nouvelles « opportunités » dans le pays. Le véritable « décollage » du Mexique, ainsi qu’une économie forte, ne jailliront pas de la privatisation du pétrole, mais de la réponse sociale que cette réforme pourrait entraîner.
Ceux qui défendent la réforme pétrolière au Mexique affirment qu’elle permettra au pays de suivre l’exemple de la Norvège, dont la population a bénéficié des fruits de la production pétrolière dans un contexte impliquant une large participation du secteur privé (6). Mais ce dénouement dépend autant du contexte politique que des réalités économiques. En l’absence d’un Etat fort et animé d’une volonté claire de serrer la vis aux multinationales, une ouverture pétrolière entraînerait probablement de graves problèmes de gouvernabilité et une stagnation économique.
Paradoxalement, c’est le pays qui a montré l’exemple au reste du monde en 1910 avec la première révolution véritablement sociale du XXe siècle qui reste aujourd’hui en retrait de la tendance latino-américaine de revitalisation démocratique avec une « vague rose » de gouvernements décidés à engager une transformation sociale, en Equateur, en Uruguay, en Bolivie, au Venezuela, voire au Brésil ou en Argentine. Au Mexique, le retour au pouvoir du PRI semble, au contraire, annoncer le démantèlement accéléré des conquêtes sociales du siècle dernier. Cependant, bien que la privatisation pétrolière marque la fin d’une époque historique, elle pourrait aussi, comme la chouette de Minerve, signifier le début d’une renaissance sociale, qui permettrait finalement au peuple mexicain d’unir ses forces avec ses frères et sœurs latino-américains dans la transformation politique de l’ensemble du continent américain.
John Mill Ackerman
Chercheur à l’Institut de recherches juridiques de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) et directeur de rédaction de la Mexican Law Review.

lunes, 3 de marzo de 2014

Yemaya


Despertarse en la ciudad de México con tambores afro cubanos en la cabeza. Aterrizo. Todavía llevo cantos de Orishas en el cuello, sueños de esclavos resistiendo bailando y cantando en los oidos, oraciones extrañas a Yemaya en el corazón, polvos mágicos de santería en las manos. Llevo Cuba en la piel, en los ojos, en el canto, en la sonrisa, en la voz. No lo he sentido estando alla pero este viaje me ha atravesado toda. Estuve mirando cada gesto y mirada de mi padre guiándolo en sus primeros pasos en este extraño y particular rincón olvidado de Latino América. Guianádolo, escuchándolo, queriendolo... Cuba m'a bouleversé sans que je m'en rende compte. En cada soplo, cada célula, cada risa, cada rayo, cada sabor, cada confesión, cada canción, cada trago. No he visto a que punto esto me había tocado, hasta donde. Cada viaje es un descubrimiento hacia dentro, hacia lugares desconocidos propios. Cada viaje meztisa. Y casi me lo había olvidado.


 Diosa del Mar afro cubana Yemaya
La Habana, febrero 2014

sábado, 1 de marzo de 2014

CuBa


Habra que esribir Cuba y su ritmo caribeño, sus excepcionales músicos cuyas  nota tienen el increíble valor de salir del vacío. Cuba a donde el tiempo se deshace frente a relojes sin agujas, insrumentos sin cuerdas. Cuba la Negra, la mulata, la colonial. Sus risas, sus miradas horizontes acarician un silencio demasiado largo. Su gente familiaria, calurosa, preciosa y profundamente gentil. Su gente presa por « la maldita circunstancia de estar rodeada de agua »; presa del tiempo, de utopias en ruinas y de la crueldad de un Imperio.
Entre las risas, un agovio paciente se convirtio en un rostro extraño que es difícil hallar en el lenguaje. ¿Dictadura ? La vida cotidiana caribeña no lo parece, sin embargo... sin embargo esta cosa extraña perñanece entre el silencio y las cosas. Esta cosa se instaló entre los sueños rotos de viejos guerreros agonizantes y la resignación alegre de lxs sobrevivientes.

viernes, 28 de febrero de 2014

Cuba

Il faudra écrire Cuba et sa nonchalance caribéenne, ses musiciens hors pair qui donnent à chaque note la valeur incroyable de la débrouillardise et du génie. Cuba où le temps se défait au gré des horloges sans aiguilles, des instruments sans cordes. Cuba la Noire, la métisse, la coloniale. Ses rires, ses regards sur un horizon qui semble avoir oublié les vivants. Ces gens familiers, chaleureux, courtois et gentils. Ces gens prisonniers par "la maudite circonstance d'être entourés d'eau", prisonniers du temps, des utopies vieillissantes et de la cruauté de l'Empire. Entre les rires, l'impatience lourde a pris un visage étrange auquel il est difficile de donner un nom. Dictature? La vie quotidienne caribéenne semble le démentir, et pourtant... pourtant ce quelque chose étrange entre les silences et les choses qui s'est installés entre les rêves de vieux débris à l'agonie et  la résignation joyeuse des survivants.

Armando, auteur compositeur de Matanzas et mon père. Armando compose sur le piano de l'église de sa rue qui lui laisse y accéder. Le instruments sont hors de pris et les cordes n'arrivent pas à Cuba...



domingo, 2 de febrero de 2014

«Pepe» Mujica, le Président qui veut recueillir 40 enfants

José Mujica devant sa maison à Montevideo le 25 juin 2013. (AFP)

source: libération 17 décembre 2013

PORTRAIT: A 78 ans, le chef de l'Etat uruguayen est connu pour son franc-parler, son mode de vie très modeste et son refus du protocole.

José Mujica conforte une fois de plus sa réputation. Le président uruguayen a annoncé vendredi vouloir adopter des dizaines d’enfants défavorisés. Selon le quotidien national El Observador, il a déclaré lors d’une rencontre avec des entrepreneurs : «J’ai l’intention de rassembler 30 ou 40 gamins pauvres et de les emmener vivre avec moi.» En 2006, alors qu’il était ministre de l’Agriculture, Mujica avait déjà entamé des démarches pour ouvrir une école agricole dans sa ferme :  «Ma famille, ce sont les enfants des pauvres qui veulent travailler, ce sont eux mes enfants, alors je me suis engagé à faire une école de métiers ruraux […]».

 Le chef de l’Etat élu en 2009 a tenu à préciser qu’il réalisera ce projet d’adoption «quand on lui enlèvera ce costume qui lui pèse». Une référence à son mandat présidentiel qui s’achèvera en mars 2015. A 78 ans, celui que l’on surnomme «Pepe» est célèbre pour sa personnalité débonnaire, son franc-parler rehaussé d’argot typique de la région du Rio de La Plata, mais surtout pour son mode de vie très modeste et son dégoût pour tout ce qui touche au protocole.

 

Botanique et Coccinelle

José Mujica ne vit pas dans le palais présidentiel, mais dans sa propre maison, une vieille ferme de 26 hectares située dans un quartier populaire de la capitale, Montevideo, avec son épouse, la sénatrice Lucia Topolansky. Il s’y adonne à l’une de ses passions, l’horticulture, reverse 90% de son indemnité de Président à des programmes sociaux, et son seul bien précieux est une Coccinelle bleue de 1987.
Ce mode de vie assez inédit pour un chef d’Etat en a fait la coqueluche des médias internationaux, qui l’ont surnommé  «président le plus pauvre du monde». Le réalisateur serbe Emir Kusturica est en train de lui consacrer un documentaire.


 Reportage de la BBC (en anglais) réalisé en novembre 2012.

 

Des années de prison pour activisme

Derrière le look négligé de José Mujica se cache un homme politique avec un intense parcours militant. Il a en effet été un farouche opposant à la dictature militaire qui a sévi dans la «Suisse de l’Amérique du Sud» de 1973 à 1985. Il avait pris les armes en étant l’un des fondateurs du Mouvement de libération nationale-Tupamaros, une guérilla d’extrême gauche. Son activisme lui a d’ailleurs valu plusieurs années de prison, dont onze en isolement total, pendant lesquelles il a régulièrement été torturé.

Des années difficiles qui ont certainement contribué à forger cette simplicité qui lui est singulière. Dans un entretien avec l’AFP, il déclarait ainsi : «J’ai besoin de peu pour vivre. Je suis arrivé à cette conclusion parce que j’ai été prisonnier durant quatorze ans, dont six où si la nuit, on me donnait un matelas, j’étais content».
Son franc-parler et son indépendance d’esprit font prendre à l’Uruguay des décisions très progressistes. En 2013, le pays a légalisé le mariage homosexuel à une très large majorité. La semaine dernière, il est devenu le premier pays à légaliser la culture et la vente de marijuana. Une réforme lancée et soutenue par «Pepe Mujica» qui voit dans cette nouvelle décision avant-gardiste une «expérience pour le monde».

Mathilde SAGAIRE