miércoles, 11 de agosto de 2010

Le Monde

J’ai lu Le Monde il y a quelques jours, ça faisait des mois que j’étais coupée de la France. Huit ans. Huit ans que Sarkozy est au pouvoir… Sans voix. Ca fait longtemps que je ne reconnais plus rien, que je ne me reconnais plus dans ce pays. Pas à cause de l’image du Président, sinon pour le symbole qu’il incarne. Les voix qui l’appuient, le soutiennent, nous baisent…
Ces temps estivaux sont l’occasion de faire passer les pires lois. Profiter que les « citoyens » soient en vacances pour tout se permettre. « Déchoir de leur nationalité française les délinquants d’origine étrangère », enfermer les parents des mineurs délinquants… deux ans de prison… ça a l’air surréaliste pourtant je sais que ces « choses » s’incrustent dans la réalité, dans les esprits, dans les corps… sournoisement…
Je me souviens de la joie, aussi de la violence, des manipulations médiatiques, de la répression, des rêves. Je me souviens de l’écœurement, de l’odeur de ma cellule, du sang en manifestations, des regards des putes avec qui j’ai grandi, de mon quartier… Je me souviens de tout ce qui m’a fait partir et jurer de ne jamais revenir. Mais j’étais encore petite, et j’ai beaucoup voyagé, et j’ai trouvé la même merde partout qui revêtait différents visages… et mes possibilités d’étudier sont bien ici et pas ailleurs, et j’ai appris ce que signifie « démocratie »… et je ne porte plus les mêmes armes. Ça m’a pris du temps de changer ma batte contre ma plume…
Le chemin est long…
En castellano, despues del video

No hay comentarios:

Publicar un comentario