viernes, 25 de noviembre de 2016

Esto es México

  Arriver à Cancun c'est comme arriver nulle part. Les Parks hôteliers ont renversé les palmiers, 25 000 000 de touristes par an s'agglutinent sur les plages et déversent leurs dollars dans des gros complexes nord américains ou quataris. Les mexicains sont la pour les servir. Servirles es un privilegio: vous servir est un privilège. C'est peint sur la façade d'une petite boutique excentrée. Du haut du ciel la jungle, dense et sauvage s'étend sur toute la péninsule yucatèque. De temps en temps un crocodile sort de la lagune nichupte et croque un nageur bourré ou un joueur de golf 5 étoiles. Quelques jours après notre arrivée eilier nous a emmené au cruzero en voiture avec les beaux parents. "Esto es Mexico!" S'est exclamée magui! Les rues inondées par les eaux troubles du passé. Les odeurs de cloaques, les vendeurs à la sauvette, les prostituées de pauvres, la fourmilière chaude et poisseuse du sud mexicain me tendait une fois de plus les bras à deux pas des resort de luxe.  On a construit la ville sur des mangroves, celles la mêmes qui protègent des ouragans. 
La voiture fonçait au milieu de toute la vie du tiers monde et je ne pouvais m'empêcher de penser: quelle monde de merde! Quelle sale époque! Et de me demander si on y verra un jour le bout? Maggie m'a regardé dans le rétroviseur et m'a dit: " moi je préfère être avec les pauvres, les autres sont trop difficiles à vivre."
Bienvenida Mi hija.

No hay comentarios:

Publicar un comentario