viernes, 10 de marzo de 2017

There is no place to hate


Caffé Dante. Greenwich Village.

Le rock rappelle le bon vieux temps aux nostalgiques. Sur les traces de Patti Smith, Jimi Hendrix fait vibrer les vitres du vieux café d'écrivains.

Le paysage manhattanesque est incroyable. La beauté des lignes témoigne du délire d'architectes géniaux. L'ego des hommes reflétant un ciel océan. Le cœur de l'Empire est d'une beauté déroutante, incroyablement fascinant. Ça en jette Plein les yeux. 

Les new yorkais sont adorables. Ils prennent soin les uns des autres et ça fait du bien. Perdues entre les ponts et les voitures, une vieille femme nous a aidé. Sur son manteau un pins près du cœur: "There si no place to hate."

Brooklyn fait penser à un Belleville gigantesque! C'est un quartier Noir aux airs de Black Panthers. Les blancs sont en fait des latinos. Il n'y a pas un caucasien. La pauvreté reste l'apanage des gens de couleurs. Plus on se rapproche de Manhattan, plus les visages s'éclaircissent, les prix augmentent à mesure que grandissent les buildings. Jusqu'à ce qu'il n'y ait pratiquement plus de Noirs sous les écrans de Time Square.


No hay comentarios:

Publicar un comentario